27 février 2013

Bye Claude

En route pour les cimes, Claude Chatard a confié son testament à André Michel, autorisé à le porter à connaissance.

André,

Je viens de lire ta page sur ce blog :
 
Ma surprise rejoint la tienne : mon nom est donné sur cette lettre... soit ! (après tout je fais partie des démissionnaires)
 
Mon analyse est identique à la tienne  : après notre démission commune pour écarter un pouvoir doublement illégitime de par son avènement et son exercice, une marche commune pour une fin de mandat apaisée était possible et souhaitable.

L'esprit de revanche l'a emporté sur celui de la sauvegarde, l'envie de pouvoir sur celle de réussir à défendre le cadre de vie exceptionnel de notre ville.

Le monde associatif est (hélas) toujours perméable au envies de pouvoir.
cordialement
 

Cl. CHATARD


On n'entendra plus la voix de Claude Chatard résonner dans les réunions du conseil municipal, on ne verra plus le tribun à l'art oratoire consommé faire trembler les maires successifs avant de reprendre le ton badin qui sied aux gens qui savent faire un usage modéré de leurs talents.

Claude a marqué son époque, accompagné une place trop loin un autocrate dont il aurait pu dès juillet 2008 précipiter la chute.

Son manque d'audace le perdra. C'est Varèse qui s'en débarrassera lors de l'un des plus pénibles moments que qu'il ait été donné de vivre aux témoins de cet hallali.

Quant à ceux et celles qui ce jour là se sont ralliés à la meute, ils ont commis l'ignominie.

La place manque pour les rappeler à la mémoire des lecteurs du blog ... Certains entourent encore Bastard et n'attendent qu'un geste pour le jeter à son tour aux orties !


13 commentaires:

  1. D'habitude c'est aux morts qu'on dresse des éloges!
    Au revoir Claude, retrouve le sourire et fais attention en passant sur la place du marché: le revêtement est glissant.... ;-)

    RépondreSupprimer
  2. De quelles cimes parles tu Phénix ?
    A lire ton propos attristé, j'ai cru un moment que tu nous annonçais que l'ami Chatard était monté au ciel.
    Dieu soit loué, Claude va sans doute s'arrêter vers 1850 mètres . . . à Courchevel, Morzine ou Les Ménuires !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un peu plus haut quand même .... 1850, c'est pas assez .

      Supprimer
  3. En même temps, la place manque peut-être mais il y en a une qui reste dans toute sa laideur .....

    RépondreSupprimer
  4. je suis triste pour plusieurs raisons:
    la 1ère,celle de perdre un interlocuteur d'une certaine compétence doublèe d'une honnéteté qui fait tellement défaut dans notre milieu municipal
    la 2ème,celle qui permettra à Bastard de dire:ils sont incapables de travailler ensemble et nous à la limite de la légalité,continuons comme avant
    la 3ème,est que je crains pour notre ville qu'un nombre important de sectarismes bloque les gens et les empêchent d'agir pour l'intérêt général,seul critére qui devrait être mis en avant aujourd'hui

    RépondreSupprimer
  5. S'ils avaient un peu de conscience les 32 membres de la liste RPV devaient méditer sur tout ce qui a été gâché. A leur place je n'aurais qu'une envie c'est de ne plus se présenter devant les vésigondins sur quelque liste que ce soit. Quand aux 7 démissionnaires qui ont fait Claude Chattard roi pour avoir sa démission et l'ont jeté après il vaut mieux ne pas exprimer ce qu'ils inspirent. Et que dire de ceux des RPV qui sont restés avec Morel et Gattaz et vont repartir avec. Quels exemples pour le conseil municipal junior!

    RépondreSupprimer
  6. Merci Claude de m'avoir choisi pour recevoir ce mail. Nous n'avons pas la même sensibilité et pourtant nous avions convenu de travailler ensemble, seulement pour finir ce mandat dans l’intérêt de notre ville jusqu’au jour où timidement tu m'as dit au téléphone que certains démissionnaires avaient des problèmes. Nous nous serions retrouvés tout de même pour finir ce mandat où la connaissance des dossiers sera primordiale. Mais je ne peux qu'approuver ton départ dans la situation où tu te trouvais. Et quelles qu'aient été nos divergences profondes sur les choix du début du mandat de Robert Varèse, nos relations ont toujours été franches et cordiales: un exemple tellement oublié dans le débat municipal actuel. Ton cri de colère en quittant ton dernier conseil municipal mérite le respect de tous, car c'était la colère de la démocratie bafouée. A bientôt Claude,ton chemin sous d'autres formes pour notre ville n'est pas fini.

    RépondreSupprimer
  7. Pour paraphraser Jacques Chirac : L'année dernière, nous étions au bord du gouffre et cette année... nous avons fait un grand pas en avant !!!!
    Quand on pense que cet incendie du 11 avril 2002 a été déclenché par la friterie de la patinoire. Il y a déjà plus de 10 ans!

    Et si on arrêtait de mettre de l'huile sur le feu pour éviter ce mauvais pas en avant dès cette année?


    Objectivement à l'exception, certes notable, de la gestion politiquement calamiteuse de la suite de l'incendie, Alain-Marie Foy aura été un maire tout à fait honorable.
    Et aujourd'hui,toujours aucune solution pour ce trou béant plus de 10 ans après ..... si ce n'est de faire une patinoire pour lequel il avait été initialement conçu.
    Combien de temps encore faudra-t-il pour que les Vésigondins se rangent à cette évidence: Il faut re-faire une patinoire pour enfin passer à autre chose.

    Cette place du marché ratée et ce trou nous entête et nous rend triste pour le Vésinet. Songez aux rires des jeunes qui auraient pu glisser dans notre village depuis 10 ans.

    Au delà de l'incendie, les dégâts collatéraux sont sensibles pour notre ville.

    Résultat personnel de cette ambiance de vieux qui n'avancent plus: Une de nos filles habitera désormais St Germain-en-Laye plutôt que notre cher Vésinet.

    JMC Heureux, malgré tout, depuis 22 ans au Vésinet

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'appellation notre "Village" n'avait de sens, qu'avec un MONSIEUR a la tete du Vesinet > Alain JONEMANN. Le restant est qu'une pale copie de son travail, de son charisme et de sa facon de faire. Lui seul savait tenir ses troupes, se faire respecter de tous, craindre par les imposteurs. Il etait et restera (selon mon point de vue) dans l'histoire du village du vesinet comme etant, l'HOMME a " La main de fer dans un gant de velours ..." Concernant la patinoire il aurait cherche un peu plus loin... pour connaitre la vraie cause, les responsables d'un tel degat. La friteuse etant le coupable ideal, elle ne dira jamais rien sur le pourquoi de son utilisation vu l'heure de l'explosion ?? Elle devait par la suite etre reconstruite dans la plaine de montesson de memoire, alors ou en sommes nous ??? Hauts les coeurs, pour l'avenir de notre VESINET... Bon courage aux nouveaux elus...

      Supprimer
    2. Il est encore et toujopurs possible de bien des choses sous la place du marché.
      La patinoire était une option très coûteuse.
      Quelques possibilités parmi d'autres (qui peuvent d'ailleurs être combinées) :
      - des courts de squash,
      - un club de gym,
      - un centre de remise en forme,
      - un centre d'arts martiaux (judo, karaté, etc ...),
      - une MJC,
      ....
      Ayez un peu d'imagination !!!

      Supprimer
    3. Alain Jonnemann, c'est à lui qu'on doit la patinoire qui a brûlé, et qui avait soulevé des tollés en son temps.
      C'est aussi à lui que l'on doit le stationnement payant au Vésinet, et la première manifestation de vésigondins en colère (laquelle manifestation avait provoquée l'interruption de la circulation sur le boulevard Carnot !)

      Supprimer
    4. Cher memoire courte, la patinoire a vu passer nombre d'entre nous ainsi que les descendances (enfants et adultes selon leur pratique et attente d'un tel lieux) c'etait un endroit bien connu de tous qui nous a donne des souvenirs en son temps ... Pour le stationnement payant, ne pas perdre de vue que les commercants contestaient la zone bleue (selon eux les voitures ne bougeaient pas dans la journee) pas assez de place pour les clients, perte de chiffre important pour eux soit disant...?? Ce qui ne leur a pas plus, c'est que le stationnement payant allait egalement toucher leur voiture et celle de leurs employees qui restaient dans la rue toute la journee proche de leur commerce. Alors qui bloquait vraiment la venu des clients??? Aujourd'hui cela a change??? La manif, revoir les archives photos plus de 95% sont les commercants et les employees dans la rue ou dans la cour de la mairie. Je ne reviendrai pas sur leur attitude lamentable envers Monsieur Alain JONEMANN, ni les projectiles lances contre un etablissement qui represente la Republique Francaise, honte a eux. Ils participent activement a leur facon au Vesinet d'aujourd'hui... Alors !!!!

      Supprimer
  8. Ah que c'est beau, un homme qui s'en va ! Au fait où est il écrit qu'il part ? C'est quoi ce billet ? Chant du cygne ou flèche du Parthe ? A trop dénoncer chez les autres l'envie de pouvoir, on se prend à suspecter.
    Comme l'écrivait le poète:"Seul le silence est grand, tout le reste etc.

    RépondreSupprimer