11 février 2013

« Ils sont tombés de l’armoire »

La gifle est d’autant plus cinglante qu’elle est inattendue. Le blog est en mesure de révéler que Bastard a été pris au dépourvu. Itou pour son secrétaire, comme pour le préfet, le député, le sénateur et le conseiller ... 

Pour quelqu’un qui ne « pensait qu’à ça » selon ses proches, l’éphé-maire a donné l’impression de tomber de l’armoire. A considérer ses adversaires comme incapables de s’unir, incapables d’agir, incapables de se mobiliser en un temps très court il s’est comporté comme il le fait depuis un an ! Méprisant, cassant et inapte à saisir les subtilités du monde politique. Il pense qu’avoir raison suffit à emporter une décision. Fatale erreur. Un conseil municipal n’est pas un conseil d’administration !

Il avait vu le danger des démissions, et il y pensait tout le temps selon un proche qui s’en est ouvert au blog. Il considérait ses adversaires comme trop âgés (sic), trop divisés, trop pusillanimes pour mener une opération aussi complexe que celle qui vient de réussir.

Sans comprendre que son mépris servait de carburant aux partisans de la contre révolution.  Avec le succès que l’on sait.

Son micro cercle - un marquis hallucinant de fatuité, deux groupies déconfites à la perspective d’affronter une campagne électorale - l’ont convaincu qu’il ne risquait rien.

Il n’avait pas même fait étudier les textes de loi qui régissent la dissolution du conseil. Personne dans son entourage ne les connaissait avant de les trouver sur le blog ! Il s’était convaincu qu’il tiendrait jusqu’au 1er mars.

Il ne s’est pas même assuré du soutien de Myard qui lui aussi est tombé de l’armoire apprenant – lors d’un safari – la chute de son poulain. Myard que le blog brocarde plus souvent qu’à son tour, mais qui n’a pour des tocards aucune raison de se guignoliser. 

« Basta Bastard » : c’est tout ce qu’on a pu en tirer. 

20 commentaires:

  1. Je propose une souscription pour leur acheter du Prozac

    RépondreSupprimer
  2. Dommage tout ça et vraiment nul, qui pense vraiment au seul intérêt de la commune ? c'est à pleurer de voir autant de bêtise, de convoitise, de soif du pouvoir au détriment du citoyen honnête qui avait enfin quelqu'un d'intègre pour gérer le mieux possible sa ville. Et vous, monsieur ex-phoenix, qui n'avez rien d'autre à faire, hormis la ballade quotidienne de votre toutou, qui nous croisez avec un regard hostile, mais vous êtes hostile à tout, je vous plainds, malheureux, passez votre chemin la tête basse, vous ne nous faites que du tort, vous êtes néfaste, mauvais, et ça se lit sur votre visage. La critique est facile, l'art est difficile. Quel sera le prochain que vous vous complairez à descendre avec des grandes phrases et des savants mots pour faire croire à une certaine érudition ? probablement celui que vous encencez aujourd'hui. Seul votre âge me console, je vous espère rapidement gâteux, et bon débarras!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quel billet charmant! Ouvrez donc un peu les yeux et vous réaliserez l'énormité de vos propos!Au lieu de déverser votre bile sur Phénix et vous gausser de son érudition, essayez plutôt d'en prendre de la graine et révisez votre orthographe "encenser" et vos conjugaisons "je vous plains"!!!!

      Supprimer
    2. ESPERONS QU'UN JOUR VOUS Ne ferez pas parti du conseil car pour l'ECRITURE C'EST 00 et pour le second degré idem. QUEL CALVAIRE LA LECTURE DE votre commentaire, passez aussi votre chemin !!!!

      Supprimer
    3. En plus d'être un illettré notoire, ne se seriez vous pas un masochiste doublé d'un couard ? Puisque mes billets vous insupporte que faites vous encore sur ce blog ?
      Quant à déverser votre fiel contre une plume qui signe ses pamphlets, osez sortir de votre planque, pleutre anonyme !
      Seriez vous marquis, baron ou suppôt du régime que cela ne nous étonnerait pas.

      Phénix

      Supprimer
    4. À LITTRÉ, LITTRÉ et demi...12 février 2013 à 11:20

      @ l'anonyme de 23:29h : à la lecture des commentaires à votre propre commentaire, il semble que celui-ci ait touché là où ça fait mal... Heureusement pour le "détracté", l'orthographe, la syntaxe et la grammaire sont à un tel niveau qu'ils permettent opportunément de détourner l'attention et d'en escamoter le "message".
      Nota, à l'intention du "lettré" de 08:23h : Monsieur BLED aurait écrit insupportent (3ème personne du pluriel).

      Supprimer
  3. C'est la photo qui tue. Bravo Phénix.
    À chaque fois que je la vois, je suis mort de rire.

    RépondreSupprimer
  4. Malheureusement ces 3 personnages sont le symbole des travers de la politique en France.
    Combien de mandats cumulent au total ces 3 hyper-seniors atteints par l'âge de la retraite depuis longtemps.
    Probablement plus d'une dizaine chacun.
    Pourquoi devrait on faire confiance à ces 3 là pour nous choisir un Maire.

    RépondreSupprimer
  5. Tragedy ! Tragedy !

    Bastard's demise is but another step in this fascinating story.

    That Le Vesinet, where Mr. Barrault was born, where so many movies are shot year after year, be the theater of such an extraordinary plot, is quite amazing.

    When all is over wish that a book tells it. If well written it will be of shakespearean quality.

    RépondreSupprimer
  6. Chers futurs électeurs Ayez une pensée pour la tristesse des 200 employés de la ville qui avaient enfin retrouvé la sereinité et l'énergie pour faire fonctionner la ville après deux années de cauchemars.
    Nos élus de" gauche" d'habitude en première ligne là dessus sont bien absents ...
    Il y avait un an à attendre avant les élections. Pour qui c'était trop long? Qui avait peur d'être trop vieux dans un an?..
    Cela a un coût dés élections pour une ville: coût financier, humain, des heures d'organisation qui ne seront pas utilisées pour la gestion de la ville, coût d'image dégradée, des travaux investissements retardés des equipes démobilisées... tout cela pour des conseilers municipaux qui n'ont pas la sagesse d'attendre un an .. Quel gâchis...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. M. de Crisnay a cru pouvoir soulever des montagnes, avec la force de son intelligence supposée et avec l'aide de sa clique. Mais tout celz est aussi creux que vaniteux. Il vaut mieux tirer l'échelle, et M. de Crisnay n'a qu'à s'en prendre à lui même. Quant à M. Bel, il doit comprendre qu'il porte une lourde responsabilité. C'est trop facile de mettre en place un vassal qui fait ses quatre volontés, pendant que ce conseiller général tire les ficelles en jouant les "Saintes Nitouche". Le bal des hypocrites.
      Du balai.
      Un vésigrondeur

      Supprimer
    2. Qui a dégradé l'image du Vésinet? Ce n'est pas un an avant les élections qu'on se préoccupe des investissements!!!

      Supprimer
    3. Cher(e) futur(e) candidat(e), ayez une pensée pour la tristesse des contribuables essorés depuis 2008 sans résultat autre que de passer pour des charlots dans toute la boucle.
      Quant au coût des élections, on peut financer en prenant sur le budget "avocats"!

      Supprimer
    4. Seriez vous de ceux qui considèrent aussi que la sagesse fût d'élire Mr. Varèze?
      Le coût et les retards engendrés seront bien moindre que l'état dans lequel se trouve la ville depuis l'arrivée de Monsieur Varèze.
      Il est temps de passer aux choses sérieuses en souhaitant que le ou la Maire à venir soit à la hauteur et là, même s'il y a eu une démission de soit disant héroique de conseillers, c'est pas gagné et laissera encore à Phoenix pas mal de grain à moudre.

      Supprimer
  7. Je me permets de rappeler que nous avons déjà du revoter du fait de M. Bel qui s'est présenté avec une remplaçante frappée d’inéligibilité ...

    RépondreSupprimer
  8. Ce ne sont pas 200, mais près de 400 employés que compte la commune! Un employé pour 40 habitants! Il y a assez de monde pour organiser des élections toutes les semaines.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. viens les faire les élections toi!!! tu ne sais pas tout ce que ça engendre comme travail!!!

      Supprimer
  9. Jamais le personnel n'a été aussi heureux.L'espoir est revenu à la mairie.

    RépondreSupprimer