19 février 2013

Renouvellement du conseil et dissolution

Le RPV 2008  : un groupe qui va exploser
En réalité la dissolution du conseil et le renouvellement complet du conseil sont deux opérations distinctes. 

La lettre des démissions a  entrainé conformément à la loi des élections partielles (c’est à dire spécifiques au Vésinet et non pas générales pour toute la France). Le préfet applique la loi à réception des démissions et fixe les dates des élections pour le renouvellement complet du conseil municipal. On attend son arrêté.

La dissolution est du ressort du conseil des ministres sur demande du préfet selon des critères bien définis. La lettre spécifique de demande de dissolution a été faite selon une démarche séparée avançant des arguments que le préfet doit apprécier avant de décider ou non de demander la dissolution au conseil des ministres. Malheureusement toutes les entorses à la démocratie ne  sont pas des critères juridiques. En revanche  le conseil est-il en état de fonctionner normalement ?

Le cas du Vésinet est rare, voire exceptionnel car habituellement vu les démissions enregistrées, le nombre de démissions  intervenues sur la liste Varèse élue en 2008 le maire (plus de la moitié), vu  le fait que le maire  contesté n’est même pas celui qui avait été élu en 2008, le reste du conseil démissionne. Dans ce cas le préfet acte donc la situation et la dissolution va de soi sans problème.

Dans notre cas le maire et les élus restant s’accrochent, voire prétendent continuer à gérer comme si de rien ne s’était passé.  Un problème juridique est donc posé peu habituel. Que valent les décisions qu’ils prendront ? Une contestation pourra intervenir sur toute décision. Le préfet écrira-t-il qu’ils peuvent gérer sans problème. Cela serait étonnant. On verra. Attendons.

De plus  comment en peine campagne électorale un conseil municipal  comme le maire dit qu’il va en tenir pourrait-il débattre des finances de la ville sans opposition, donc de fait servir à une promotion de l’équipe en place et en réalité être assimilé à une réunion électorale  avec les moyens de la mairie.

La situation est on ne peut plus trouble par cet acharnement à s’accrocher à un pouvoir qu’ils ont obtenu sur le « tapis vert ». Tout le monde se trouve en porte à faux. La dignité,  au lieu de lancer des invectives dans un communiqué de presse visiblement écrit sous la colère, serait de démissionner et de laisser les Vésigondins trancher. Mais quelle  que soit cette situation, l’issue sera dans les urnes.

 Je formule le vœu que les invectives  personnelles et discriminatoires cessent et que dès que la campagne sera officiellement annoncée les  listes  qui s’estimeront capables de finir le mandat en préparant l’avenir puissent montrer leurs compétences à atteindre cet objectif dans la sérénité.  Les Vésigondins  jugeront et décideront.

 
André Michel (LVSD)


20 commentaires:

  1. Encore une fois c'est le pape qui donne le bon exemple.
    Tout ce qui se passe n'est pas très catholique.

    RépondreSupprimer
  2. Monsieur Bastard de Crisnay n'est pas sur la photo. Est-ce un choix délibéré ? est-ce un hasard ?
    Etait-il si peu présent ou voulait-il se démarquer, déjà, de cette équipe ?

    RépondreSupprimer
  3. Personne ne vous a obligé à démissionner.
    Tant pis pour vous, vous ne pouvez vous en prendre qu'à votre incompétence.

    RépondreSupprimer
  4. Je pense sincèrement que Mme Kéramane doit demander à sa copine Cécile Duflot d'intervenir auprès de Manuel Valls pour qu'il mette au pas le va-t-en guerre de Préfet.
    Quoi ... c'est qui qui commande ici. Ce n'est ni le Bastard, ni le Préfet.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les démissionnaires pourraient ils nous préciser qu'ils ont bien voté et accepté toutes les dépenses engagées pour les études et frais concernant la patinoire et accepté que le maire signe tous les marchés de travaux puis indemnise les entreprises pour la résiliation de ces marchés ce qui a entrainé un total de dépenses dont on ne conaitra sans doute jamais l'exact montant. Ensuite ils pourraient précisé qu'ils ont autorisé le maire à emprunter des sommes importantes dont la ville n'avait pas l'usage, l'argent emprunté ayant été placé sur un compte à terme à un taux dérisoire

      Supprimer
  5. je suis d'accord avec l'anonyme de 10h39.
    Ils ne savent même pas lire le code électoral et ils veulent gouverner le vésinet!
    Qui étaient leurs conseillers politiques: M. Foy, M. Chatard, M. Vintraud, M. Grouchko, m. Gripoix.
    Tous des nuls

    RépondreSupprimer
  6. Je suis d'accord avec les anonymes de 10h39 et 12h16. Non seulement les démissionnaires ont eu un comportement d'une lâcheté incroyable, mais ils voudraient bloquer la gestion municipale pendant plusieurs mois avec tous les risques que cela comporte! Selon moi, l'équipe municipale doit continuer à avancer sur tous les sujets, notamment le vote du budget puis celui du PLU.J'espère que le commissaire enquêteur va être très prochainement nommé.
    Je trouve également anormal et choquant que les associations anti-PLU soient pilotées par le frère de D.Jonemann (Sauver le Vésinet) et par B. Grouchko (AEB), tous deux probables futurs candidats pour le poste de maire.Où est l'indépendance et l'éthique ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pardonnez moi, mais vous êtes complètement à côté de la plaque. Vous vous focalisez sur la famille Jonemann car vous ne pouvez pas trouver d'autre raison à la contestation. La contestation est venue de la rue, des riverains et administrés étant mécontent de la situation dans laquelle la mairie les plongeait : à propos de la L19 puis autour du PLU. auriez vous la mémoire courte en ne mentionnant que SLV et AEB ? La demande de concertation autour du PLU est une initiative de 5 associations : AEB / SVL / SIDV / AVNR / Défense Wood Cottage. Ainsi vous vous trompez de cible. Tant que vous restez obtus vous ne comprendrez pas les raisons de cette contestation et vous continuerez d'appeler au complot, en créant une ambiance délétère au Vésinet (faude, imposture, manipulation et j'en passe). Bon Dieu, cessez donc ces agissements, atterrissez, préoccupez vous plutôt des attentes de vos administrez et vous gagnerez (peut-être) en crédibilité. Mais il y a du travail. Ce n'est pas de la communication que l'on attend, c'est de l'action dans le sens des administrés et non contre.

      Supprimer
    2. Ah, bon. Parce-qu'on est "probable futur candidat" on a le droit de ne rien faire? (ni d'avoir un frere)
      Ca me fait penser a certains probables futurs dictateurs.

      Supprimer
    3. Je pense que la dernière version du PLU arrêtée le 24 janvier 2013 est protectrice pour Le Vésinet : la zone UE (Charmettes) redevient une zone résidentielle sans possibilité de construire des immeubles (l'augmentation du COS importante dans cette zone s'expliquant par la petite taille des terrains et par la prise en compte des sous-sols), la règle dite du "COS résiduel" permettant de limiter efficacement la division des terrains, le classement d'environ 800 maisons à caractère remarquable qui deviennent "indestructibles", le classement des arbres remarquables, d'une manière générale l'impossibilité de remplacer des maisons individuelles par des immeubles sur toute la commune.Franchement, je ne comprends pas sur quelles bases on peut critiquer ce dernier projet de PLU...

      Supprimer
    4. Je crains que vous ne vous trompiez. Si nous prenons l'exemple de la rue du petit Montesson et de la rue des Charmes, les terrains passent de zone UHe a UB. Desormais, l'emprise au sol pourra être de 60 pourcent du terrain, le COS y est supprimé et la hauteur des immeubles peut être de 13m. Je ne pense pas que cela soit protecteur et empêche de construire des immeubles. Le quartier des Charmettes est transformé en zone UB ce qui correspond a un pôle de centralité (p. 143 du PLU), "les implantations d'immeubles forment souvent des fronts de rues...les occupations des sols y sont diversifiées: habitat collectif, commerce, bureau..." (p. 144).
      Si vous avez d'autres élèments a m'apporter qui prouvent le contraire je suis trés intéressé.
      Ce changement devrait conduire a cour terme a l'apparition de nouveaux immeubles, ce qui créera des problèmes de circulations et de stationnement dans des rues étroites et donc inappropriées à une circulation abondante .
      Par ailleurs, on peut craindre que cela ne soit qu'un début et qu'a terme la zone UB soit progressivement étendue aux zones UE limitrophes.

      Supprimer
    5. Le PLU proposé est moins protecteur que le POS.
      Le PLU proposé pourrait être encore plus protecteur sur de nombreux points comme par exemple les divisions de terrain.
      Le PLU proposé ne protège que sur le papier les 80 arbres et les 800 maisons remarquables.
      Le PLU proposé n'interdit pas les constructions qui, par leur apparence, présentent un caractère collectif.
      Le PLU proposé répond très partiellement à l'objectif de protection du site.
      Le PLU proposé ne répond pas à l'objectif de mixité sociale.

      Franchement, je ne comprends pas pour quelles raisons on devrait se satisfaire de ce dernier projet de PLU.

      Rappel :
      Avant 1990, les caves comptaient pour la SHON (sauf h<1m80)
      Avant 2000, la règle du COS résiduel s'appliquait à tous les POS.

      Supprimer
  7. La Rose (du Vésinet) arrosée19 février 2013 à 13:25

    Ben oui, fallait pas démissionner.

    RépondreSupprimer
  8. Aveuglés, intoxiqués et manipulés par toutes les infos et désinfos qui ont circulé, par les commentateurs péremptoires qui n'ont pas manqué de s'y associer quotidiennement ainsi que par l'homme qui piaffait à gauche, les démissionnaires naïfs (pour certains) n'ont même pas imaginé ce qui paraissait pourtant évident à tout observateur un peu lucide : celui qui était taxé d' "illégitimité" va se retrouver devant un boulevard le conduisant le plus légitimement du monde à la fonction de maire.
    Voilà.

    RépondreSupprimer
  9. En effet, les démissionnaires ont une bien courte vue et un sens politique pour le moins consternant...le maire actuel peut leur dire un grand merçi; jamais dans ses rêves les plus fous, il n'aurait pu éspérer un tel cadeau. Trop fort !

    RépondreSupprimer
  10. Si si je pense que la demission s'imposait, devant un Maire totalitaire qui faisait voter les morts (parce que qd on part on meurt un peu)

    A quoi bon continuer cette mascarade, il faut en finir avec ces affairistes, ces sensus qui s'accroche a leurs postes pour se servir mais surtout pas pour servir les autres !

    RépondreSupprimer
  11. Euh, on écrit sangsues, mais ça n'est pas grave.

    RépondreSupprimer
  12. Et ne passez pas sous silence les pressions sur le personnel qui sont sous contrôle et ne peut que la fermer pour ne pas être viré!

    RépondreSupprimer
  13. C'est le bal des anonymes qui mélangent tout .
    Confondre les décisions prises par :
    - l'équipe Foix pour le projet de la place du marché,
    - l'équipe RPV 1 pour arrêter le projet de place du marché,
    - l'équipe RPV 2 pour augmenter les impôts,
    - l'équipe RPV 3 pour son autisme et ses dîners fins,
    - l'équipe carpe & lapin pour son projet de PLU
    (pour combler les trous de mémoires, les RPV 1, 2 et 3 correspondent aux 1ers adjoints successifs de Varèse).
    Ce conseil municipal s'est peu à peu transformé en écuries d'Augias : ceux qui ont démissionné ont commencé le coup de balai qui s'imposait. Il faut que ce nettoyage puisse aller à son terme .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Extraordinaire : C'est la faute à personne et surtout pas aux courageux démissionnaires !

      Supprimer