3 mars 2013

« Keep the spirit »

De Londres où le vice président de la multinationale pilote la campagne, le candidat à la succession de l’éphé-maire a envoyé à ses boys & girls le message de réconfort  « keep the spirit ».

C’est qu’en bon français, ses colistiers ont le moral dans les chaussettes. Non seulement le boss est retranché dans son headquarter londonien, mais les news qui remontent du front sont inquiétantes.

Le blog a reconstitué certains des dialogues surréalistes tenus par le quarteron de squatteurs de la mairie devant des témoins qui s’en gargarisent encore :

Vésinet centre, samedi !
« Il faut continuer les actions de redressement. Si vous saviez dans quel état on a trouvé la mairie. Tout le monde était démotivé, maintenant on a remis le personnel au travail ! » Devant la stupéfaction de son interlocuteur l’adjointe continue «  mais si, il a fallu virer toutes les recrues de Varèse » Mais vous étiez déjà adjointe persifle le commerçant. « Oui, mais on ne pouvait rien dire, c’était Weber qui décidait !, maintenant c’est différent le maire n’est jamais là !  »  Le commerçant raccompagne à la porte la blonde : « merci on a déjà donné »

 Aux Charmettes le dialogue est plus viril.
"Vous avez autorisé l’implantation d’immeubles et vous avez détruit la boucherie s’insurge un boutiquier ! C’est la fin du petit commerce aux Charmettes. D’ailleurs le maire il habite ici, mais n’y fait aucune emplette, insiste un autre habitué ».
« Vous allez voir maintenant çà va changer » tente l’adjoint brun qui loge près d’ici. D’ailleurs Mme Morel s’occupe du petit commerce !
"Ah, oui, Mme Morel c’est elle qui a proposé au boucher d’aller s’installer à Montesson" lâche le premier nommé.  Piteux l’adjoint ne demande pas son reste et file à la lyonnaise ... non, sorry à l'anglaise !

Quartier princesse.
Pas meilleur accueil ici, où un niais bien connu tente de faire campagne pour son boss. Il se fait interpeller. « En deux ans vous n’avez pas été capable de réparer le panneau d’affichage électronique ! ni de faire installer un distributeur de billets. Qu’avez vous fait ? »  Le niais pointe le nez sur ses godasses : « Et si vous aviez vu dans quel état on a trouvé la mairie ... il faut du temps pour tout réparer !"

Un ricanement salue son propos et le niais va tenter sa chance dans la boulangerie d’en face.

Dur, dur de faire campagne quand on est scotché par un tel bilan reconnaît une autre brune. Quoi qu’on dise on nous renvoie la hausse des impôts ou la place du marché !

« Keep the spirit » a proclamé depuis Londres le big chief, B2C! Pas sur que ça suffise a donner du courage à ceux qui tirent des tronches de cocker abattu !




8 commentaires:

  1. Mise au pilori de la Mise au Point de M. Bastard de Crisnay du 1er mars 2013 par R.Bus
    Un tissu de mensonges
    Le Maire actuel du Vésinet démontre, par ses actions depuis un an et par son tract du 1er mars 2013 annonçant sa candidature pour les prochaines élections, qu’il est à la hauteur de ses deux derniers prédécesseurs : démagogue, menteur et agissant en totale contradiction avec ses propos.
    Après avoir été pendant quatre années un élu municipal absent, totalement muet et ayant approuvé toutes les décisions de M. Varèse, voilà que M. Bastard de Crisnay vient nous raconter qu’il est le sauveur du Vésinet et que l’élection d’un nouveau Maire viendrait brusquement arrêter l’action municipale.
    En fait d’action, M. Bastard de Crisnay a continué dans la dépense et dans l’inaction.
    Grâce à M. Bastard de Crisnay, Le Vésinet est endetté de plus de 20 millions d’euros.
    Grâce à M. Bastard de Crisnay, Le Vésinet a vu le nombre et le coût du personnel municipal exploser.
    Grâce à M. Bastard de Crisnay, Le Vésinet a vu se réduire le nombre et la qualité des services rendus par la Mairie aux administrés, ou a vu s’accroître de façon considérable le coût des services rendus.
    Grâce à M. Bastard de Crisnay, aucun équipement n’a été imaginé, proposé, réalisé. Seules des actions « rustines » font l’objet des investissements programmés.
    M. Bastard de Crisnay se vante « de réduire l’endettement en maintenant le même taux d’imposition » : il est évident qu’après avoir augmenté les impôts de plus de 50 %, après avoir réduit les services municipaux, après avoir limité les investissements courants et refusé tout investissement structurant, le cash flow libre permet de réduire la dette . C’est du simple BA ba de la finance !
    M. Bastard de Crisnay se vante « de faire preuve de réalisme dans la gestion de la dette ». Mais, M. le Maire il est heureux que la dette n’augmente pas puisque vous ne faites rien et donc aucun investissement ! Vos propos sont de la pure démagogie.
    Grâce à M. Bastard de Crisnay, Le Vésinet « réalise des investissements importants ». Lesquels M. Le Maire, lesquels ???? Cela justifie-t-il un endettement de plus de 20 millions d’euros ? En fait vous faites des dépenses d’entretien courant, ce n’est pas de l’investissement.
    Grâce à M. Bastard de Crisnay, Le Vésinet a continué à connaître des dossiers peu ragoutants : collusion avec la Lyonnaise des Eaux, copinage douteux avec quelques Cabinet d’Avocats, attaques de toutes sortes contre des Vésigondins ayant pour seul objectif d’informer.
    Pour terminer, M. Bastard de Crisnay, vous vous vantez « de gérer de manière responsable, dépassionnée et sans démagogie les projets d’urbanisme » !!! Si Le Vésinet se trouve contraint à de nouvelles élections, c’est de votre faute. Vous avez géré les questions d’urbanisme avec dédain, sectarisme, démagogie et en insultant les vésigondins au travers des insultes que vous avez vous-même proférées envers certains membres du Conseil Municipal.
    M. Bastard de Crisnay, ces nouvelles élections sont un véritable bienfait pour Le Vésinet.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. R. BUS, vous devriez transmettre le tract à Phénix pour lui permettre à son tour de le disséquer. Je m'étonne qu'il ne l'ait pas déjà publié sur le blog.

      phenix@levesinet.com

      Supprimer
    2. je n'ai pas encore vu le tract du maire actuel.

      une fois lu si je l'ai ce monsieur a une boite au lettre, et bien j'irai lui rendre avec mes commentaires!

      Supprimer
  2. idem, je constate que mes impôts ont augmentés de 50% depuis mon arrivée au Vésinet, et que le projet de MJC que propose Mr Bastard de Crisnay va encore alourdir la pression fiscale.
    Je constate que Mr Bastard de Crinays :
    - a méprisé les associations Vésigondines dans le cadre du PLU.
    - ballade les associations sur la Ligne 19
    - créé avec ses adjoints une ambiance délétaires dans la ville.
    Bref, il est grand temps qu'un homme sachant rassembler, gestionnaire, ayant une vision pour SA ville car y habite et y travaille aux valeurs irréprochables soit porté par les Vésigondins.

    RépondreSupprimer
  3. Encore un coup du B2C ce Dimanche matin au marché du Pecq !
    Une équipe de policiers municipaux mal embouchés dont une belle rousse désagréable à souhait s'est mise à aligner toutes les voitures garées Bd Carnot !
    Hurlements, récriminations, protestations ! Enfin une franche explication et des noms d'oiseau à la pelle !
    La PM est finalement repartie la queue basse devant l'hostilité ambiante clients et commerçants compris.
    En partant au marché, j'ai trouvé dans ma boite un document intitulé Mise au Point !
    Bastard a du faire une partie de ses études à Nanterre en 1968 au milieu des staliniens pour écrire une prose pareille !
    Enfin, il se représente ! Ah que voila une surprise !
    Est-ce lui le masochiste ou sont-ce les vésigondins qui vont oser voter pour lui ?
    Le B2C a perdu au moins 200 électeurs ce matin, ça c'est sûr !

    RépondreSupprimer
  4. celà fait très longtemps que je n'ai pas écrit sur ce blog! Mais on ne peut pas se marrer et écrire en même temps. Vésigondin depuis 1981, je ne m'imaginai pas que je m'installai dans le centre politique, intellectuel, sociologique de notre planète , là où la géopolitique trouve sa juste et réelle place! C'est beau de savoir que 0.00000267% de la population reflétait le monde (du vésinet). Tous les ingrédients sont là pour le centre de la terre: des ennemis régionaux (Montesson, Maisons laffitte) avec leurs espions, leurs espoirs de conquète, des ennemis "internationaux" comme le sous préfet et notre député, une crise économique et sociale sans précédent (endettement, manque d'investissement, "nid de poule") ensuite une guerre politique ( et fratricide) entre des fractions, des ambitions, des jeunes, des vieux, des roux, des blonds(es), des petits, des grands etc..., et enfin une guerre sans merci écologiste sur la densification de notre ville, un vrai combat entre la campagne et l'urbanisation. J'ajouterai des joutes verbales qui sentent bon la 3ème république!
    C'est beau la mégalomanie!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 1981 ! Fichtre.
      Avant ou après l'élection de François MITERRAND ?
      En profitant de l'anxiété de votre vendeur craignant le péril rouge ?

      Supprimer
  5. Il n'y a pas de mégalomanie quand on dénonce les dérives des élus. Ils devraient être irréprochables, or il ne sont que vantards, pleutres, menteurs, égocentriques, vassaux (de Bel, de Myard, du Préfet ...), incompétents (voir les marquis, babybel, medefette,contefesse ..., en gros irresponsables!
    Le citoyen n'a aucune raison d'être fier de ses élus.

    RépondreSupprimer