11 mars 2013

La moins pire des solutions


Et si le choix électoral relevait du barbarisme ! Doucement mais surement l’idée s’installe que le prochain maire sera celui qui suscitera le moins d’antipathie, le moins de rejet, le moins de répulsion.

On en est plus à espérer un candidat de rassemblement, un candidat enthousiasmant, un candidat pour les 10 ou 20 ans. Cette chimère s’est dissoute dans le malaise suscité par le démarrage raté de la liste « unie », issue d’une démission aussi improbable que bienvenue.

Après cette folle journée du 11 février où certains ont cru retrouver « sous les pavés la plage » il a fallu se rendre à l’évidence, le miracle de l’union n’aura duré que le temps de signer une lettre de démission.

Les démissionnaires plutôt que d’imposer leur vision, leur plan d’action et prendre de vitesse les amateurs du monde associatif se sont comportés en otage de quelques agitateurs en herbe. 


Chatard, le premier en a tiré la conclusion en se cassant ... Vintraud, en restant, a signé son incapacité à fédérer sur son nom les nostalgiques du varésisme.  

On ne sort de l’ambigüité qu’à ses dépens. Pour avoir tardé à s’imposer, ne pas avoir brusqué les apprentis sorciers qui espéraient tirer les marrons du feu après avoir gloussé bruyamment lors d’un ou deux conseils, le challenger du sortant se trouve en difficulté.

D’où le constat qui sert de titre à ce billet : il est de son fait la moins pire des solutions !

Ce qui lui laisse un an pour faire meilleur maire qu’il ne fut bon candidat. C’est le mieux qui puisse lui arriver.  


Faire plus pire que l'homme en noir relèverait du barbarisme.



4 commentaires:

  1. Déjà qu'il ne voulait pas être tête de liste pour se préserver pour 2014, il a donc fait un gros effort!!! Mais le plus dur reste à faire...

    RépondreSupprimer
  2. le stratège de l'UMP11 mars 2013 à 22:33

    C'est bizarre que Phénix ignore le troisième candidat. Il répond assez bien à ses critères pourtant en dépit d'être socialiste. Je croyais qu'il était bien avec lui! J'ai bien relu sa lettre à Phénix, il y pense sans doute et serait d'une autre trempe que son cher docteur. Je suppose que sa lettre aura une suite, car il n'est pas souvent absent du RER comme maintenant. Ce serait pourtant la meilleure stratégie pour l'UMP: donner une claque à Bastard et Jonemann et rappeler à Madame Pecresse que c'est la base qui commande. Michel est là pour un an. Il fait le sale boulot. Et l'UMP reprend la main en 2014 avec un UMP tout neuf, débarrassé de Bastard, de Morel, de Vintraud, de Jonnemann. ça doit bien se trouver parmi les recalés à la mairie de Paris. Pourquoi pas RD? C'est la seule solution pour se sortir de ce guépier. Michel peut bien rendre ce service à l'UMP. Il aura une médaille.

    RépondreSupprimer
  3. Excellente analyse!

    RépondreSupprimer
  4. Je partage complétement.
    la question est pourquoi Phénix ignore (semble ignorer ?) MICHEL.
    N'est-ce lui qui mérite le plus cette élection ?
    Sans son implication pour recontacter toutes son ancienne liste, les demissions auraient pu n'être qu'un coup dans l'eau.
    Malgré sa place peu facile, il a été un des opposant le plus efficace dans son action et en tout cas un des + présents (contrairement à JD).
    Son handicap il est PS. Mais bon quel mal y aurait-il à avoir une année "rose" au Vésinet ?
    La question mérite d'être très sérieusement posée !
    Mettons dans la balance les avantages et les inconvénients et voyons de quel côté penchera-t-elle.
    A mon avis il n'y a pas photo.
    Faut juste oser se poser en conscience la question.

    RépondreSupprimer