24 mars 2013

Stan Chesnais : homme providentiel ou touche-à-tout ?

Le 4ème candidat à la mairie du Vésinet est pour le moins atypique. Né en septembre 1966, diplômé de l’Ecole Supérieure de Commerce de Paris (ESCP) et d’un MBA de Drexel University (Philadelphie), il commence sa carrière de jeune diplômé ambitieux chez Ernst and Young, qu’il quitte pour Altis avant de créer sa première société en 1995, Aldea, cabinet de conseil en organisation, dont il est toujours le gérant. 

A partir de là, tout démarre : il lance Cleade, un éditeur de logiciels RH qu’il regrette «d’avoir revendu en pièces détachées » (espérons qu’il n’ait pas la même idée pour Le Vésinet) puis crée en 1999 avec son frère Laurent ce qui restera probablement la grande histoire de sa vie : Netsize une société de télécommunications spécialisée dans les solutions mobiles (SMS, MMS, …) qu’il revend en 2010 au groupe Gemalto.

En 11 ans, il connaîtra quelques bas (il n’hésite pas à licencier 30% de son personnel après le 11 septembre 2001) mais surtout beaucoup de hauts (3 années de suite, il remportera le trophée DELOITTE des entreprises à forte croissance et revendra une société de 200 personnes et de plus de 80 millions d’euros de chiffre d’affaires).

 
Après la vente de sa société, l’homme hyperactif cherche à s’occuper. Il quitte la première couronne pour s’installer au Vésinet, multiplie ses participations aux conseils d’administration de start-ups, crée une nouvelle boîte, Jazz Growth Partners, domiciliée au Vésinet (spécialisée en stratégie d'innovation: tout un programme!), écrit un livre « La levée de fonds rapide et efficace» et finalement  présente sa candidature aux élections municipales du Vésinet, où il habite depuis moins de 3 ans. Alors que certains de ses concurrents sollicitent les suffrages des électeurs après plus de 40 années de politique locale, lui décide que 3 semaines sont suffisantes pour monter une liste, écrire un programme et mettre à la porte du château Carnot tous les vieux politicards «poussiéreux». L'homme est sûr de lui. D'où lui vient cette certitude de faire mieux que les autres? A sa réussite dans les affaires? ou à son lien de parenté avec Gérard Longuet, dont il est le neveu et grâce auquel il obtiendrait l'investiture UDI?



Dans son ouvrage, il dispense de précieux conseils à ses lecteurs : « La préparation de votre stratégie et sa présentation nécessitent un soin tout particulier puisque c’est ce qui vous permettra de convaincre » En toute humilité, suggérons à notre brillant candidat de suivre lui aussi les conseils qu’il vend aux autres.

Pour les employés municipaux qui n’auraient pas compris, le message est clair dès l’introduction de son œuvre «Manager ne permet guère de livrer ses états d’âmes à ses équipes »
 

Lui qui n’hésita pas en 2006 à partir vivre à San Francisco pour étudier les possibilités de croissance pour sa société, avant de revenir finalement à Paris, a-t-il vraiment réalisé qu’un mandat de maire, c’est pour six ans? C'est un peu "longuet" pour pour un homme aussi pressé.

A moins qu’il ne cherche à remplir la fonction que pour les 11 mois qui nous séparent des échéances de mars 2014 . . . pour se lancer ensuite dans d’autres aventures.

Caïus GRACCHUS

24 commentaires:

  1. L'esprit d'entreprise, c'est bien mais ça ne suffit pas. Il faut apprendre la démocratie pour être un bon élu.
    Nous en faisons les frais depuis des années.

    Le programme qu'ils propose révèle de graves lacunes sur la réalité du terrain, les institutions, les "machins" administratifs qu'il faut apprivoiser.
    11 mois, c'est trop court pour les perdre à de la mise à niveau.

    RépondreSupprimer
  2. Il nous faut un maire bien Vésigondin. quelqu'un qui a la bougeotte ne nous sert à rien. je n'ai aucune confiance en cet homme. Il ressemble trop à Bastard de Crisnay.



    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est normal il sont peut-être dans le même club narcissique:moi,moi,le reste ????

      Supprimer
    2. Il est clair que vous préférez l'immobilisme.

      Supprimer
  3. C'est pas correct de faire un article sur une personne et de ne pas le signer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cet article n'est que la compilation d'informations trouvées sur le web. Tapez "Stanislas CHESNAY" dans Google et vous en trouverez 100 fois plus.
      Il n'y a aucune fausse information.
      Maintenant, je vous retourne la question : est-il correct qu'un candidat sollicite les suffrages et ne se présente pas?
      Rappelez-vous le CV bidon de Varèse en 2008.
      Les élections sont dans moins d'un mois: on a le droit de savoir pour qui on vote, non?

      Supprimer
    2. Merci à Anonyme de 19h24 de ce commentaire qui me permet faire le point sur la doctrine du blog en matière de signature.

      Il est constant sur la blogosphère d'apparaître sous des noms d'emprunt. Beaucoup de plumes se sont fait connaître sous un pseudo, et le signataire de ce blog a longtemps tenu une chronique politique (reprise dans les médias nationaux) sous le pseudo de Candide. Où est le mal ?

      L'éditeur étant co responsable avec l'auteur du contenu des textes publiés, il est de son "intérêt" de s'assurer qu'ils n'enfreignent pas la loi. Ce qui est à l'évidence le cas du texte concernant M Stanislas Chesnais.

      Pour des raisons qui ne regardent que lui, l'auteur de cette biographie ne souhaite pas livrer son nom - si tant est que ce nom ait un quelconque intérêt - au lecteur; pas plus que l'anonyme qui omet étrangement de signer son commentaire.

      "Faites ce que je dis, ne faites pas ce que je fais ..."

      Phénix

      PS les amis de M. Chesnais et M Chesnais lui même sont bienvenus s'ils souhaitent répondre à cette tribune, même de façon anonyme ... .

      Supprimer
    3. Les amis de M. Chesnais n'ont aucun problème avec la transparence de l'information: Tout est clair Il n'y a rien à cacher!

      Supprimer
    4. Cet article et les quelques commentaires qu'il suscite illustrent merveilleusement bien le décalage entre le monde politique et un entrepreneur de la nouvelle économie.
      Visionnez cette video pour finir d'être convaincu :
      http://www.youtube.com/watch?v=VqjpPt9Dshs

      Supprimer
    5. Au fond les entrepreneurs savent que lorsqu'ils se plantent ils sont immédiatement sanctionnés!

      le monde politique local devra aussi s'y faire!!!!

      Supprimer
  4. On sait qui est Caius Gracchus. Espérons que ce n'est pas prémonitoire.

    Né en 154 av. J.-C. il est d'abord questeur en Sardaigne en 126 av. J.-C. avant d'être élu tribun de la plèbe en 124 av. J.-C. pour l'année 123.

    Il a apparemment un vrai programme : diminuer les pouvoirs du Sénat romain et accroitre ceux des comices afin de relever la République.
    La Lex Sempronia frumentaria : prévoit de distribuer un boisseau de blé par mois à prix réduit à tous les citoyens pauvres. Certains considèrent que, même si elle semble nécessaire, car la pauvreté des citoyens est un problème réel à Rome, cette loi est un fin calcul politique dans la mesure où elle permet de s'attirer les faveurs populaires.
    la Lex Calpurnia : introduit la parité entre les chevaliers et les sénateurs devant les tribunaux. Les quaestiones perpetuae ou questions perpétuelles sont ouvertes au chevaliers. Caius augmente le nombre des jurés de 300 à 600 membres et introduit 300 chevaliers. De ce fait, l'avantage que détenaient les sénateurs au niveau judiciaire sur les chevaliers n'existe plus.
    La Lex theatralis : elle sépare les chevaliers des sénateurs dans les théâtres. Une autre loi leur confère la collecte de l'impôt de la riche province d'Asie.
    La Lex sempronia de comitii : elle modifie les modalités d'élection des comices centuriates. L'ordre de succession des centuries dans le déroulement du vote est dorénavant établi par tirage au sort.

    Toutes ces mesures tendent à réduire le pouvoir des sénateurs au profit des chevaliers par rapport aux comices.

    Il tente dans un second temps de faire passer sa réforme agraire.

    Pour faire accepter sa proposition par le sénat, il permet aux patres d'acquérir des terres qu'ils convoitaient dans le Latium et autour de Tarente et de Capoue.

    Cela lui procure une grande popularité et lui permet de se faire réélire tribun de la plèbe en -123. En effet, depuis le vote d'une loi de Gaius Papirius Carbo en -125, les tribuns de la plèbe pouvaient être reconduits dans leur fonction sans attendre le délai traditionnel.

    Pour lutter contre lui, le Sénat décide de réduire son influence.Grâce à cela, il peut faire voter une loi supprimant les vectigales, (redevances de l'ager publicus), exonérant les grands propriétaires et donc beaucoup de sénateurs.


    Le Sénat réplique en promulguant un senatus consultum ultimum qui autorise l'élimination de Caius par n'importe quel moyen.

    Caius et son esclave fuient et arrivent au bois sacré de Furrina où ils trouvent la mort en -121. Les causes ne sont pas établies avec certitude. Assassiné par son esclave ? Suicide ? Rattrapés par leurs poursuivants ?

    Sa maison fut saccagée et le terrain vendu, enfin, la dot de sa femme Licinia confisquée.

    C'est la première fois, et non la dernière, qu'un senatus consultum ultimum est prononcé et qu'une telle vague de violence envahit Rome à cause de divergences politiques.

    RépondreSupprimer
  5. c'est normal il sont peut-être dans le même club narcissique:moi,moi,le reste ????

    LE PSYCHOLOGUE

    RépondreSupprimer
  6. Excellent travail de compilation des infos disponibles sur le net. Merci.
    Finalement un beau parcours! vivement que ca continue avec le Vésinet!

    RépondreSupprimer
  7. C'est plutôt un joli parcours, qui rend apte à entreprendre et réussir les plus gros challenges : celui du Vésinet n'est pas des moindres !! Ah, ce n'est pas au goût de tous ? Certains préfèrent sans doute les bonnimenteurs, les inféodés ou les fils à papa.... Chacun ses goûts, chacun ses attentes, chacun ce qu'il mérite !
    Moi je n'hésite pas : CHESNAIS c'est toi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi je n'hésite pas: tout sauf CHESNAIS !
      Dans la nouvelle économie, on se plante 10 fois pour réussir 1 fois.
      Sa societe Netsize à passé son temps à lever des fonds et à faire des pertes.
      Ce monsieur qui confond Chiffre d'affaires et résultats va finir de couler Le Vésinet. C'est un OPPORTUNISTE comme Bastard.
      Discutez avec lui et son compère sur les marchés et vous verrez qu'il ne connaît rien

      Supprimer
    2. C'est vrai vous avez raison!

      ILS NE CONNAISSENT RIEN AUX MAGOUILLES LOCALES

      Supprimer
  8. C'est marrant une impression de déjà vu: Election Municipale 2008 à Neuilly sur seine:

    Jonemann dans le rôle d'Arnaud Teullé: le fils à papa.

    Bastard dans le rôle de David Martinon: l'investiture foireuse de l'UMP

    et Stanislas Chesnais dans le rôle de Jean Christophe Fromentin, l'entrepreneur!

    Pour le résultat des courses, je vous laisse deviner?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comparaison n'est pas raison.
      Fromentin avait une expérience politique et une connaissance des dossiers.
      Chesnay ne connait rien du tout.
      J'attends 2 échéances : la fin de la semaine pour le dépôt des listes. On verra s'il a réussi à convaincre 33 personnes. Pas si évident que ça.
      Le soir du 14 avril ensuite. Quel score ? 3% ? 5% ?

      Supprimer
  9. En relisant bien la fameuse phrase : «Manager ne permet guère de livrer ses états d’âmes à ses équipes » deux conclusions:

    1/ Un Manager A des états d'âmes!
    2/ Un bon Manager ne doit pas démotiver ses équipes avec ses états d'âmes!

    Que les employés municipaux soient rassurés!

    RépondreSupprimer
  10. Apparemment les tribulations des Vésigondins commencent à intéresser le monde alentour : http://ladroitelibre.fr/archives/1550-Question-a-lUMP-en-general-et-a-Valerie-Pecresse-en-particulier.html

    RépondreSupprimer
  11. La mégalomanie est le seul et unique domaine où ce monsieur excelle.
    Pour le reste, tout est d'une affligeant médiocrité : Capacité entrepreneuriale nulle, capacité manageriale inexistante, capacité stratégique c'est le néant. Partout où il est passé Monsieur Chesnais a laissé ruines et vide abyssal...

    Allez, je lui pronostique un bon 0,13 %

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais enfin, si vous lui pronostiquez 0,13% pourquoi tant de haine et de diffamation ?

      Supprimer
    2. en période électorale la critique véhémente est tolérée par les juridictions. le commentaire ci dessus entre dans cette catégorie ce qui lui retire tout impact, sauf à considérer que les règlements de compte personnels ont un intérêt collectif.

      En ce qui concerne les champs de ruine, quand je fais le cumul des surfaces détruites par les opposants aux hommes publics je me demande où vais-je pouvoir poser les pieds ?

      Phénix

      Supprimer