30 avril 2013

Bonne fête Robert, par Bob l'éponge

Vous me permettez que je vous appelle Robert ?

Vous m’avez tant de fois serré la main avec un tel sourire convivial en 2008 que je pense pouvoir prétendre à ce qui ne vous paraitra pas comme une familiarité excessive.
 
Cher Robert, en ce 30 avril où nous célébrons votre saint Patron, j’ai une pensée pour vous.
 
En 2013, nous n’avez qu’une journée à vous alors qu’en 2008, c’était tous les jours fête !
 
Avant la campagne, c’était un plaisir de vous voir arpenter les rues de la ville et entrer dans les magasins pour vous faire connaitre et vous enquérir de la vie des uns et des autres.
 
Ah, quelle belle époque que cela a été … les impôts allaient baisser, une ère de démocratie allait s’ouvrir et une patinoire allait se fermer. Tout cela pour 2 millions d’euros. Et puis, il y eut l’élection et le bon temps qui s’ensuivit : les amis, les adjoints, les conseillers, les consultants, les restaurateurs, tous vous fréquentaient et tous vous proposaient leurs services. Certes, ceux-ci étaient onéreux, mais le Vésinet est le Vésinet et quand l’argent commença à se faire rare (ce qui arriva vite), on augmenta les impôts. Pour une raison curieuse, c’est à peu près à la même période que votre relation avec vos administrés commencèrent à se rafraichir. Les gens sont d’une telle ingratitude …
 
Vos visites chez les commerçants commencèrent à s’espacer, vos saluts devinrent sporadiques et bientôt vos venues dans le centre furent des plus rarissimes, à l’exception de votre présence à la Mairie où les dossiers commencèrent à s’accumuler. Las, les choses s’avérant plus compliquées que prévues : l’éco-quartier ne prenait vie que sur les plaquettes des urbanistes, la place du Marché était un fiasco, les adjoints n’étaient pas à la hauteur, les choix pour la MJC tombaient les uns après les autres, l’opposition montrait les dents et le blog de Phénix, autrefois si apprécié du temps où vous étiez dans l’ opposition, devenait de plus en plus désagréable à lire.
 
Alors, inspiré certainement par l’esprit saint, vous décidâtes de vous inspirer de Saint Robert (Robert de Molesme) qui, appelé par les moines de l'abbaye de Saint-Michel-de-Tonnerre pour être leur abbé quitta sa charge, fatigué des intrigues des moines.
 
Hélas, la vie publique continua sur sa lancée et votre successeur, mal ou trop bien formé par vos soins, continua de mener le char de la Mairie dans le décor et ce qui restait de votre équipe fut priée d’aller voir ailleurs qu’au 60 Boulevard Carnot.
 
Alors, que restera-t-il de vos 4 ans de présence au 1er rang des édiles de la Ville ? Un record de dettes, une charge fiscale accentuée, un climat délétère (certes initié par votre prédécesseur), la CCBS livrée à nos chers voisins, une place du Marché à l’abandon, une MJC qui tombe en ruine, un éco-quartier bombe à retardement …
 
Allez, arrêtons cette liste et laissons vous profiter de cette journée.
 
Bonne fête Robert.
 


 signé : Bob l’éponge

7 commentaires:

  1. Démocrate direct30 avril 2013 à 09:57

    Un référendum d'initiative populaire en début de mandat aurait permis de renvoyer à temps cet incompétent.

    RépondreSupprimer
  2. Je crois que désormais on appelle P'tit Robert : "Bob jette l'éponge" .

    RépondreSupprimer
  3. Je croyais naïvement qu'il ne fallait pas tirer sur les ambulances ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'équipe sortante n'a émis aucune contrition lors de la campagne électorale, il fallait rappeler certaines choses avant que la nouvelle équipe montre ce qu'elle sait faire.

      Supprimer
  4. Tout va changer, nous avons enfin élu le messie, JONEMANN II, va tout régler en mois de deux.
    D'alleurs le blog parle toujours des anciens, mais pas encore des exploits du nouveau.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elu maire depuis 4 jours !
      Et encore rien fait, mais de qui se moque-t-on ?

      Supprimer
  5. Mais si mais si! Il a fait quelque chose. Et en dix minutes lors de sa première prise de parole. Il a renié ses engagement et fait cocu ses électeurs.
    Gagner le surnom de Jonne-Ment en dix minutes, je trouve au contraire qu'il a déjà fait un exploit.

    RépondreSupprimer