24 avril 2013

Divagations d’un visiteur du « soir », par M. Minc

Étrange atmosphère lourde comme un soir d’orage. Faut-il céder à la désillusion ambiante et nourrir  par une tribune le spleen des vainqueurs aux quels on aurait volé leur victoire, ou telle l’autruche de downunder ignorer l’avis de tempête en se masquant le visage ?

Le visiteur du « soir » prend le parti d’inverser la tendance. Un protagoniste avisé ne peut ignorer le risque suicidaire que ferait courir une démarche perso quand un jeu collectif s’impose. Même si un tel jeu serait loin de suffire à affermir l’autorité que la situation commande.

Le chef dispose, les seconds relaient, les tiers exécutent. Foin de consensualité, d’unanimité, d’état d’âme. Le mandat avant d’être ouvert est en danger d’être contesté. Les objectifs ont été validés par l’élection : refonte du PLU, déblocage du chantier de l’éco quartier, résolution du problème lancinant de la ligne 19. Le reste est subalterne. L’énergie n’est pas une ressource illimitée. Un système de gestion efficace doit libérer le chef des problématiques étrangères à l’atteinte du cap fixé.

Déployer une organisation au service de cet accomplissement requiert un changement de gouvernance. Le mode commando doit succéder à la méthode chi va piano va sano. Et ceux à qui cela déplait n’ont pas leur place dans un exécutif restreint et hermétique aux démangeaisons de susceptibilité. Un gouvernement à deux étages, l’un pour les affaires courantes, l’autre pour les engagements électoraux ne s’improvise pas. C’est à une réflexion immédiate pour une modification substantielle des pratiques municipales que le nouvel élu doit s’atteler.  

On peut vouloir faire autrement, on peut aussi vouloir rendre son tablier dans 12 mois, voire avant ! Le succès  n’est possible que s’il n’y a pas correction de cap après un mauvais départ. Les revanchards n’attendent que ça.


Michel MINC


3 commentaires:

  1. Et si DJ. disait :
    "... Je vous ai compris !"
    - Les gens victimes de la ligne 19 auraient cru le problème bientôt résolu
    - Les gens victimes du PLU aussi, ...etc.

    Tiens Michel Minc, comment va Alain, on l'entend plus?

    RépondreSupprimer
  2. Le maire n'est pas désigné que les sarcasmes et les ya ka commencent à son encontre.
    Mais les conseilleurs ne sont pas les payeurs comme dit le proverbe.
    Phenix lui même va devoir toujours composer entre sniper polémiste, reporter neutre, ou hagiographe.

    RépondreSupprimer
  3. Les gens victimes de la ligne 19 !!
    On croit rêver ... combien de vraies victimes ? Pour combien de personnes à qui elle rend service ?
    Ou comment une toute petite poignée, avec une grosse caisse de résonance, arrive presque à faire passer un intérêt égoïste avant l'intérêt général.
    Bientôt, il faudra crier "Vive l'égoïsme !"

    RépondreSupprimer