20 avril 2013

" Ma campagne de caniveau "

Le choix d’un titre provocateur est assumé. L’opuscule fera un malheur lui a promis son éditeur, les éditions « Fleur bleu-marine».

 

Le transgresseur de "sortant" ne peut ignorer que les méthodes qu’il a introduites dans le paysage électoral ont fait glisser cette campagne 2013  dans le glauque et le sordide.

Les remugles de marigot exhalés par des adjoint(e)s et conseillèr(e)s ex RPV n’ont cessé de transformer les fragrances du printemps en pestilence.  Même le plus fétide des œufs pourris gardait une fraicheur incomparable au sentir des boules puantes agitées par la Bastardie.

Aucun spectre, même le plus nauséeux, n’a été remisé comme indigne d’une confrontation électorale au Vésinet.

Qu’on en juge : appels téléphoniques déversant le fiel sur des candidats et leur entourage, anathème jeté sur d’anciens conseillers RPV, racolage vespéral aux sorties des écoles, expulsion de leur foyer promise aux agents logés par la ville, récupération de relents d’homophobie, jusqu’à l’ombre honnie d’un haut fonctionnaire qu’on aurait soudain perçu planer sur l’hôtel de ville, et on en oublie !

Insultes, invectives, calomnies répandues par un clan menacé de perdre ses emplois, ses prébendes et ses privilèges si une nuit du 4 aout se profilait ce 21 avril, se justifient-elles ?

Oui, si l'on s’est approprié le bien public, si l'on sert une idéologie partisane, on pratique le terrorisme électoral et on crache sur ses adversaires affublés de tous les maux et mus par les plus vils instincts.

Une campagne électorale ramenée jusqu'au caniveau n’est pas le fruit d’un hasard. C’est une volonté assumée pour déstabiliser des candidats qui se refusent à brader leur dignité. Le "sortant" après avoir méprisé ses conseillers, conduisant onze d'entre eux à démissionner, jette en pâture la personne de Jonemann et de Michel, traités d’incapables, de menteurs et d’incompétents. Outre l’ignominie du procédé – comment répondre à l’outrance – l’éphé_maire se construit un avenir de bagnard. Sans être revanchard quel victime d’une opprobre respectera son agresseur, si d’aventure l'OPA devait se conclure ?
 

Demain serait un autre jour si l'idéologie porteuse de haine s’installait au Château, il est essentiel pour la restauration d’un climat de paix civile de faire barrage à cette vague couleur bleu – marine.

L'éphé_maire aura dès lors tous loisirs pour écrire ses souvenirs : « 2013 : ma campagne de caniveau », aux éditions  "Fleur bleu-marine"  ! 


6 commentaires:

  1. Ce matin au marché du centre les casquettes des garde-côtes US avaient disparu: ne restait que le couple infernal, lâché par ses colistiers et soigneusement évité par les badauds, et on comprend les uns et les autres...pathétique.
    Les batraciens par contre ont repris du poil de la bête, ils se sont remis à espérer, avec un Chamborand au poil luisant, le cou presque droit et le geste mâle; après tout, plus le marigot est glauque et plus ils sont dans leur jus.
    Le bon docteur discrètement à l'écart, comme s'il voulait se faire petit, comme s'il voulait éviter de trop y croire.
    Pas de trace de la liste Michel, peut-être désabusée, ou ayant choisi de miser sur le TSB pour le bien commun...nous leur devrons peut-être une fière chandelle...
    Allez, vivement dimanche, qu'on passe à autre chose, après avoir évité le pire...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ...Mais avant de passer à autre chose, votons pour éviter le pire.
      Votez Jonemann.

      Supprimer
    2. Votez blanc, votez utile....mais quoi encore, on va passer de bonnet blanc à blanc bonnet ? Des conseillers municipaux sortants n'ont cessé de se pencher sur les dossiers et de dénoncer les incohérences ; ils ont une liste, celle d'André Michel qui a réuni des compétences en finances, urbanisme, concertation etc. Cela ne s'improvise pas. Cela s'apprend avec des techniques et de la culture qui l'accompagne.L'amateurisme suffit. La bonne volonté ne suffit pas à gouverner une ville dont tout le monde se rit. Il faut voter pour la liste de Michel afin qu'un maximum de conseillers soient élus pour exercer leur compétences et leur savoir-faire.

      Supprimer
  2. Un mal qui répand la terreur,
    Mal que le Ciel en sa fureur
    Inventa pour punir les crimes de la terre,
    La Peste [puisqu'il faut l'appeler par son nom]
    Capable d'enrichir en un jour l'Achéron,
    Faisait aux animaux la guerre.
    Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés :
    On n'en voyait point d'occupés
    A chercher le soutien d'une mourante vie ;
    Nul mets n'excitait leur envie ;
    Ni Loups ni Renards n'épiaient
    La douce et l'innocente proie.
    Les Tourterelles se fuyaient :
    Plus d'amour, partant plus de joie.

    Et voila pourquoi l'ex électeur que je suis
    Restera demain au lit !

    RépondreSupprimer
  3. Et de conclure de façon humoristique cette bouffonnerie de campagne municipale, à l'attention des électeurs Jonemann et autres naïfs ...

    C'est le fond qui manque le moins, mais ce sont les fonds qui manquent le plus.

    L'avantage des médecins, c'est que lorsqu'ils commettent une erreur, ils l'enterrent tout de suite... (pas d'allusion fielleuse ...)

    Il faut demander plus à l'impôt et moins aux contribuables.

    Il ne faut jamais faire de projets, surtout en ce qui concerne l'avenir.

    Il vaut mieux passer à La Poste hériter qu'à la postérité!

    de mon cher mentor Alphonse Allais

    Dieu fasse que dans la France du futur tout se termine, comme de mon temps, par une chanson !

    RépondreSupprimer
  4. c'est simple B2C dit aux gens ce qu'ils veulent entendre (ou presque) mais quand on compare avec le peu qu'il a fait , ça ne colle pas du tout.
    Partant de là c'est impossible de lui faire confiance.
    Restons sur une ligne tout sauf B2C.
    Il aurait pu être le plus petit commun dénominateur, il est devenu le plus diviseur.
    -----#####----
    Son sourire carnassier fait encore quelque effets grâce à l'étiquette UMP, mais sans cette étiquette, il n'aurait même pas 10%. La Vérité est là.
    -----#####----
    Bizarre que personne n'ait encore songer à cette remarque : Combien rapporte au vésinet le seul fait d'avoir l'étiquette UMP.
    Déduire ce montant de celui qui la porte donne idée ce qu'il peut vraiment valoir.
    Au vésinet j'imagine mal qu'elle vaille moins de 20%, donc B2C ne vaut que 10%. Ce qui en fait le dernier. Il faut chacun ose en tirer les conséquences.

    RépondreSupprimer