27 avril 2013

Sabotage ou sabordage ?

On hésite ! Sabotage c’est certain !

Le constat est accablant, inutile de faire venir des huissiers. Politique de la terre brulée, bureaux et placards vidés, ordinateurs effacés ... en attendant de les faire parler. Ils auraient été « accidentellement nettoyés » selon l’éphé_maire lui même. La réalité dépasse le compte rendu des déménagements publié sur ce blog. Qui a fait changer les disques durs de la mairie 10 jours avant l’arrivée du nouveau maire ? Que sont les anciens ordinateurs devenus ?

Affichage le vendredi 26 à 15 h 30 sur le tableau extérieur à la mairie d’un avis d’enquête publique relatif au PLU ! Quelle main anonyme a éliminé les documents figurant sur ce tableau pour poster l’affiche jaune ci contre ? Qui en ce vendredi 26, quelques heures avant la destitution de l’éphé_maire a pris la décision de placarder l’avis d’enquête publique ?

M. Bastard, lui même, s’en est vanté à la sortie du conseil, en interpellant un éminent représentant des associations en ces termes « : Vous avez bien vu, j’ai fait placarder le démarrage de l’enquête publique ... «  Si ce n’est pas du sabotage pour créer la confusion dans l’esprit du public ça y ressemble.

Sabordage, c’est plausible

Maintenant, si les perdants, mesurant leur détestation dans la ville au minuscule quarteron de leur partisans présents au conseil (moins de 10 sur une centaine de vésigondins), et
sous la hantise de rendre compte de pillages, destruction de preuves, soustraction de documents préfèrent terminer une pitoyable épopée par un sabordage,  ce serait du déjà vu, dans des municipalités tenues par l’extrême droite. Et expliquerait un jet d'éponges, pour mieux préparer leur défenses ...

Sabotage ou sabordage ? Qui avait imaginé que Monsieur Philippe Bastard de Crisnay ne donnerait pas des instructions à ses adjoints pour assurer le fair play de la transition ? Pas même ce blog ! 


23 commentaires:

  1. C'est le sous-préfet qui a ordonné l'ouverture de l'enquête publique. D'ailleurs Jonemnn s'est bien gardé d'attaquer Bastard hier soir sur ce sujet, le préfet lui ayant également donné ses ordres.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il ne faudrait pas que le sous calife se prenne pour le calife !!!

      Supprimer
    2. Quand on pense aux leçons que donnaient Varèse et ses godillots en arrivant au pouvoir il y a 5 ans. Le projet de Monsieur l'Ex. était certes très contesté mais rien n'était illégal. D'ailleurs le chantier avait été lancé 1 ou 2 ans avant les élections.
      Aujourd'hui Bâtard de Crisnay se comporte comme un voyou. Il a gardé d'ailleurs autour de lui les pires malfaisants de cette sombre époque que nous venons de traverser: Fiquet, Morel, Chamborand ...

      Supprimer
    3. ET Mrs Gattaz, on pourrait se demander ce qu'elle fait là avec cette bande de voyous mais elle s'y épanouit en agissant comme un petit soldat.

      Supprimer
  2. Il faudrait savoir!C'est le nouveau maire qui a annoncé lui-même qu'il lancerait l'enquête publique, ce qui au passage signifie qu'il compte retoucher à la marge le projet de Bastard et non adopter un nouveau PLU comme il l'a laissé croire durant toute sa campagne.

    Quant au fait de vider son bureau et le lien avec l'extrême droite - qui n'existe pas au Vésinet... on ne pourrait pas un peu élever le niveau du débat, même sur ce blog?

    RépondreSupprimer
  3. Vous savez, je crois que M. Jonemann peut faire un certain nombre de choses :

    - il doit tout d'abord contester la validité de décisions non conformes à l'intérêt général prises par l'éphé-maire au cours d'une période où cet hurluberlu ne devait faire que des actes de gestion courante. Je pense que la responsabilité juridique et pénale de l'éphé-maire, du sous-préfet et du préfet est engagée pour avoir fait ou laissé faire ce type d'action.

    - M. Jonemann doit également faire constater d'urgence par voie d'huissier l'état des lieux du Château Carnot, l'état des ordinateurs, des disques durs et des placards ainsi que des dossiers. Ensuite il portera plainte nommément contre l'éphé-maire et les membres de son équipe .
    - De ce fait la police ouvrira une enquête et des perquisitions seront menées chez ces personnages malfaisants qui ont conduit la ville à la ruine.Je pense que l'on découvrira des choses intéressantes.

    Rira bien qui rira le dernier.

    Monsieur Jonemann, Monsieur le Maire, un peu de courage pour faire ce qui est indispensable pour botter le cul de cette bande de vauriens.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est clair que la validité des décisions prises hors affaires courantes par le maire durant ces dernières semaines sont contestables devant les juridictions administratives avec de grandes chances d'être invalidées !!!!

      Supprimer
    2. Des ordinateurs qui disparaissent de la mairie ....c'est du vol et les détenir chez soi du recel!!!La nouvelle équipe gagnerait à réaliser un audit et pas seulement comptable...ce qui permettrait de pouvoir engager ensuite des poursuites contre ce joli monde sans foi ni loi! Le copain du marquis sis à Olivet doit se frotter les mains....un tel fromage va se quitter à regret!

      Supprimer
  4. Quand je pense que dans 6 mois les mêmes voudront nous faire croire qu'ils ne pensent qu'à l'intérêt général alors qu'ils ne pensent qu'à avoir un peu de pouvoir. Ils voulaient déjà nous faire croire que l'équipe Jonneman était responsable du bilan des 4 dernières années ...

    RépondreSupprimer
  5. methode de 'lUMP que dit Pécresse ?27 avril 2013 à 16:06

    Les méthodes de l UMP restent et demeurent ..... il serait intéressant d 'avoir opinion dans l'ordre des Gripoix , Myard , Pécresse , puisque que cela est fait sous l'autorité et la responsabilité de leur poulain ? vite une condamnation de ces méthodes....

    RépondreSupprimer
  6. L'enquête publique a été lancée par arrêté du maire précédent et l'Etat est toujours en position d'exercer son droit de réquisition . Ou bien le projet en l'état est inacceptable pour la ville et les vésigondins en dehors des zones de logements sociaux de l'asile impérial imposés par l'Etat et le commissaire-enquêteur peut être amené à conclure au vu des observations qu'il ne peut que rendre un avis négatif sur le projet Bastard compte-tenu des modifications à apporter sur le reste du territoire, ce qui rend possible mais inacceptable pour l'opinion une adoption en conseil municipal compte-tenu des voeux exprimés. Auquel cas, il faudra reprendre la procédure mais cela fera vivre en attendant les vésigondins sous l'ancien PLU plus favorable. Ou le rétablissement des surfaces minimales constructibles autorisées en site classé, une conservation plus affinée de la préservation des bâtiments et quelques abaissements de hauteur demandés par la ville à l'enquête dans le reste du Vésinet sont à leur tour préconisées sous forme de réserves par le commissaire-enquêteur et ensuite votées en conseil municipal au titre de modifications mineures. L'Etat ayant obtenu ses logements sociaux ne se refuserait pas à accepter le projet modifié au titre du contrôle de légalité, les modifications demandées répondant aux impératifs d epréservation d'un site classé. Ce qui gagnerait du temps sans sacrifier l'intérêt du Vésinet et permettrait peut être d'obtenir un projet modifié à la veille des élections municipales. En tout état de cause, le projet du maire précédent ne pourra pas sortir indemne de l'enquête publique si la ville prend position pour le modifier au titre des personnes publiques associées. Quant à laisser le PLU en l'état, ce serait de l'inconscience et qui y songe ? peut être même pas l'équipe déchue.

    RépondreSupprimer
  7. la question est simple:le lancement de l’enquête publique est-il légal,oui ou non?
    légal on va et on donne son avis
    Illégal on va en procédure.
    A ce que je lis,les magistrats vont avoir du travail.

    enfin qui doit faire respecter la loi dans une collectivité territoriale?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous savez, tout n'est pas si simple !

      La première chose à faire est de demander à l'Etat quelle est sa décision concernant l'IRSN.
      Comme l'Etat a déjà trompé la commune sur ce sujet, je pense que l'Etat (donc ses représentants)ne viendra pas faire le malin sur certains sujets si la commune se rebelle ou fait part de désaccords avec les actions menées par l'Ephé-Maire.

      Dans le cas contraire, il faudra engager une action pour faire appliquer le Protocole Initial signé avec l'Etat. Comme il est inapplicable, on va s'amuser pendant quelques années avec actions et contre actions juridiques.

      Supprimer
  8. Suite message précédent :la question de l'atteinte à l'économie générale du plan au regard des modifications votées par le conseil municipal après l'enquête publique et rapport d'un commissaire-enquêteur favorable à l'adoption de modifications ne se poserait qu'en cas de recours. Mais qui aurait intérêt à déposer un recours contre les dispositions du préfet interprète de l'Etat pour l'autorisation de construire des logements sociaux sur le terrain de l'asile impérial et qui aurait à intérêt à attaquer des mesures modificatives plus protectrices mais parfaitement autorisées puisque entrant dans le champ de préservation des sites classés ? les opposants pour se classer en promoteurs constructeurs ? pour arriver à quel résultat ? celui de s'aliéner l'Etat, la municipalité et les vésigondins eux-mêmes ? cela n'aurait aucun sens.

    RépondreSupprimer
  9. A Anonyme de 14h37.

    En matière d'action judiciaire, le silence est de rigueur, ne rien dire, ne rien écrire.
    Diès irae

    RépondreSupprimer
  10. Le lancement de l'enquête est légal, il se fait par arrêté du maire dés lors que le projet de PLU a été approuvé en conseil municipal pour soumission à enquête publique, ce qui a été le cas du projet actuel. La seule vraie question est d'obtenir au cours de l'enquête par la voix de la municipalité, des vésigondins et de leurs associations les modifications indispensables au projet. Si ces modifications sont telles qu'elles remettent en cause l'économie générale du projet, ce qui pourrait être le cas vu de loin avec le rajout des superficies minimales constructibles, le commissaire-enquêteur le relèvera et une enquête publique complémentaire pourra être demandée et ordonnée avant de faire approuver le projet définitif incluant ces changements en conseil municipal. Mais bien sûr, il faut pour y arriver se déverser à l'enquête, de manière coordonnée sinon unanime avec la ville pour faire évoluer le projet dans ces sens. Enfin c'est mon sentiment et je ne suis pas un oracle.

    RépondreSupprimer
  11. oui le lancement de l'enquête par arrêté du maire après approbation du projet de PLU en conseil est légal, il faut une action si possible coordonnée lors de l'enquête publique avec la municipalité et les associations pour les modifications jugées indispensables et si ces modifications sont jugées comme remettant en cause l'économie générale du projet et susceptibles d'entrainer une annulation en cas de recours (exemple : superficies minimales constructibles hors asile impérial), les soumettre à une nouvelle enquête publique pour adoption définitive du projet de PLU en conseil municipal incluant ces modifications avec une mobilisation aussi forte. Et là vous en finirez une fois pour toutes mais vous l'aurez fait en connaissance de cause et après avoir été entendus.

    RépondreSupprimer
  12. L'engagement est de stopper cette enquête. C'est le premier test.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non l'engagement est de modifier le PLU notamment sur les surfaces minimales des parcelles

      Supprimer
  13. En ce qui concerne les terrains de l'Hôpital, le code du patrimoine interdit toutes constructions nouvelles dans un périmètre de 500 mètres autour d'un monument classé à l'inventaire des monuments historiques. Ce périmètre peut être élargi par la commune concernée ou par l'Architecte Départemental des Monuments classés historiques.
    D'autre-part, de l'autre coté du Chemin de Ronde, il y a une zone de captage des eaux de pluie de la Lyonnaise des Eaux pour alimenter la nappe phréatique dite de Croissy, qui s'étend jusqu'à Montesson, donc pollution certaine de la nappe phréatique, lors du bétonnage du Parc Impérial, par infiltration des eaux chargées en minéraux provenant du béton. Donc pas question de bétonner le Parc Impérial et de revoir le P.L.U. de façon drastique en respectant le Cahier des Charges établi par Alphonse Pallu.
    Diès irae

    RépondreSupprimer
  14. Le préfet ou sous préfet ne sont que des hommes et pas des dieux.

    vu les conditions dans lesquels le fameux PLU a été voté, il est peut être possible de faire un recours administratif ou alors prendre un rendez vous pour gérer de vive voix l'annulation de ce vote.

    je pense que rien est impossible!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous savez, le Préfet comme le sous-préfet ne sont que des fonctionnaires. Le Maire est un élu.

      Si vous ne voyez pas de différence de pouvoir...

      Supprimer
  15. "Sabotage ou sabordage", Phénix avez vous pensez à "abordage"!?
    Pourquoi ne pas envisager la vente du Vésinet en péril à Bernard Tapie ???Il vous rendra "la vie claire", lumineuse grâce à "Wonder"!


    RépondreSupprimer