7 mai 2017

Ibis : Pourquoi tant de haine ? par Stéphanie Foucault

17 ans de service au Pavillon des Ibis et voir le maire faire irruption dans le restaurant accompagné d’huissier, j’aurais cru le ciel me tomber sur la tête. Dieu qu’avions-nous fait qui justifie un tel outrage ?

17 ans passés à l’accueil des vésigondins et de leurs familles dans ce Pavillon que l’on avait repris quasi délabré et s’entendre dire qu’on est expulsé sans délai et annihiler d’un coup tous les efforts faits a déclenché un ressentiment sourd contre une machination et une révolte contre un déni de justice.

Enfin lire au compte rendu de ces évènements sur ce blog les commentaires désobligeants, indécents qui accablent péremptoires sans chercher à connaitre la réalité de notre histoire me décide aujourd’hui à sortir du silence où je m’étais résignée.

Oui, des dettes existent que nous n’avons pas contestées, des engagements de maintenance et de réfection n’ont pas été honorés en temps : les montants dus à la ville sont connus et n’ont rien à voir avec ceux généreusement repris dans des médias alimentés par des gens peu scrupuleux de la vérité.

Oui, après de nombreuses années de développement et d’exploitation positive les résultats se sont retournés. Ici n’est pas l’endroit d’en détailler les raisons mais je n’occulte pas le fait que la gérance puisse porter une part de responsabilité.

Toujours est-il qu'après 15 années d'exploitation nous avions décidé de trouver un repreneur dont la mairie a fait savoir qu’elle l’accueillerait volontiers pour nous succéder dans le cadre de la présente concession.

Pourquoi cette solution qui aurait permis de régulariser, de transmettre le Pavillon à des mains expertes a-t-elle été sabordée par le maire ? Pourquoi les accords oraux donnés ont-ils été ensuite contestés ? Pourquoi la solution échafaudée avec la mairie s’est transformée en piège puisque dans l’intervalle nous avions interrompu les recherches de repreneur ?

Que les lecteurs de ce blog se rassurent je ne cherche pas à fuir mes responsabilités, mais je cherche à comprendre pourquoi on nous a piégés. Pourquoi ce qui était vrai hier ne l’était plus le lendemain comme la possibilité vitale de prolonger la durée de la concession ?

Lire dans les journaux (Le Parisien, les Échos) que le maire cherche activement un repreneur alors que la justice n’a pas tranché est un mauvais coup - pour ne pas dire un empêchement - à la viabilité de notre activité. Empêcher la saison de printemps/été où se fait la majorité du chiffre de se dérouler en suspendant l’épée de l’expulsion sur notre tête est une méthode indigne de gens responsables et honnêtes.

Je tenais à exprimer ce que mon mari et moi ressentons face au déversement de fiel – piloté d’en haut -  que nous subissons depuis plusieurs jours. Je tenais à assurer les salariés du Pavillon et ses clients que nous ferons tout pour assurer aux premiers la survie de l’établissement, aux second le meilleur service et accueil comme celui qu’ils sont en droit d’attendre.

Je garde avec Daniel toute l’énergie nécessaire pour déterrer la vérité derrière cette opération de déstabilisation parfaitement orchestrée, et j’ai la volonté de poursuivre la gestion du pavillon jusqu’à ce qu’une solution digne pour toutes les parties soit trouvée.

A ceux qui nous ont manifesté leur solidarité, les commerçant du Vésinet, les amis je dis merci, et aux autres : pourquoi tant de haine ?


Stéphanie FOUCAULT

24 commentaires:

  1. Personne n'est parfait.
    ce texte montre les manquements des uns et le harcellement des autres.
    Beaucoup de commerces ont des difficultés, il est préférable de les aider plutôt que les attaquer!
    ce n'est pas facile en ce moment.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui sauf qu'il aurait été de bon ton de répondre aux différents recommandés !

      Supprimer
    2. Qui sauf une Personnalité du château peut poser une telle question, alors pourquoi pas signer ?

      Phénix

      Supprimer
  2. Chère Madame, je comprends parfaitement votre douleur et même votre colère. Je perçois beaucoup d' affect dans votre réponse. Comment ne pas le comprendre après tant d' années passées à travailler durement pour faire vivre son oeuvre et son affaire.
    Même si cela est cruel les affaires restent les affaires, battez vous mais n' ayez pas peur de tourner la page. Vous pouvez encore redémarrer et repartir pour de nouveau projet. C' est ce que je vous souhaite.
    La rancoeur et l' amertume ne sont pas bonnes conseillères, alors chercher le positif à cette belle aventure et allez de l'avant.

    RépondreSupprimer
  3. peut être aurait il été plus décent de ne pas étaler ce différend sur la place publique.
    Cela attise les haines et les jugements péremptoires de ceux qui ne connaissent rien du dossier.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui et non.
      A partir du moment où il y a une action publique et n'oubliez pas que le C des Y en avait fait 1 demi page, il est sans doute préférable que les impétrants disent leur vérité.
      Sinon, après, c'est la voie ouverte "aux rumeurs quise propagent sur internet". Moi, je ne fais pas le mouvement de la main qui va avec!!!!!!!!!!

      Supprimer
  4. Madame votre récit poignant appelle au respect. Respect, un mot qui n'est pas dans le vocabulaire de cette municipalité qui ne pense qu'au fric à l'image de son maire.
    Les valeurs d'humanité ils n'en ont rien à faire.

    Chapeau pour votre lettre.



    RépondreSupprimer
  5. Merci Madame pour le courage dont vous faites preuve en écrivant cet article. Vous ne fuyez pas vos responsabilités. C'est digne. Je m'associe au précèdent commentaire et je dis RESPECT.
    L'affaire du restaurant des Ibis est l'illustration de la méthode Grouchko. Il avance caché et Phénix ne croyait pas si bien dire il y a quelques jours en le montrant masqué.
    Nous sommes prêts à soutenir la fin de votre gérance en allant tout simplement déjeuner ou dîner aux ibis. Pourriez vous nous confirmer si le restaurant fonctionne toujours ?
    Avec toute cette histoire, je pensais qu'il était fermé. Merci par avance.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Stéphanie FOUCAULT7 mai 2017 à 17:21

      Merci pour votre commentaire et bien sûr nous serons heureux de vous accueillir au Pavillon quand vous le souhaitez, il est toujours ouvert !

      Supprimer
  6. Vous avez une responsabilité, vous partez, c'est normal.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Huit commentaires à la tonalité identique au commentaire ci dessus ont été postés entre 16:20 et 16:42;

      autre exemple : "On ne vous a pas piégés, c'est vous ! sur Ibis : Pourquoi tant de haine ? par Stéphanie Foucault "

      Le château s'est enfin réveillé et le même scripteur dont on taira le nom bombarde le blog.

      le blog les publiera lorsqu'ils seront postés signés.

      ¨Phénix

      Supprimer
    2. "Le réveillé du château " ne serait'il pas un ami de Bruno Lemaire, le jamais endormi toujours en éveil ? Ce dernier malgré de sa défaite cuisante à la primaire de la droite a été le premier à quitter Fillon de droite et le premier a vouloir se caser dans le gouvernement de Macron de gauche teinté de droite.
      S'il arrive à ses fins, Bruno devenu "le Bruno national" sera souvent l'invité du Château Carnot au château du Val .

      je ne suis pas " le scripteur qui bombarde le blog de 8 commentaires entre 16:20 et 16:42". Je ne parle ni du lac, ni de île des Ibis, ni du pavillon des Ibis.

      Supprimer
  7. on croit rêver! Madame nous ne sommes pas au pays de oui oui ! vous aviez des obligations qui n'ont pas été respectées! je vous souhaite bonne chance pour de nouveaux projets si vous en avez mais en attendant il faut solder le passif que vous laissez. c'est aussi simple que cela.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le château est déjà derrière son ordinateur le 8 mai à 8h54.
      Pourquoi diantre n'en profitent-ils pas pour célébrer les commémorations du 8 mai ce matin ?

      Supprimer
    2. Tous les membres du Châreau sont au lit. Trop fatiguant les élections.

      Supprimer
  8. bravo madame et respect de repondre avec votre nom au regards des autres anonymes laches de ne pas reveler leur nom!!il ne faut oublier que les ibis fait partie de l histoire des sesigondins et devraient respecter les personnes qui se devouent pour ce pavillon comme les salaries aussi !!

    RépondreSupprimer
  9. Bravo Madame, d'avoir eu le courage de vous exprimer. Respect !
    Les affaires sont très difficiles, en ce moment, dans la restauration.
    En pareille circonstance , une municipalité devrait d'abord penser à aider dans la recherche de solutions...pour le commerçant, pour le personnel.
    Mais il semblerait que ce ne soit pas sa première motivation

    RépondreSupprimer
  10. Le théâtre le conservatoire, maintenant les ibis... C est tout le patrimoine de notre ville qui est dépecé. Quand on sait ce que peut être une gestion municipale raisonnée dans les villes limitrophes on se demande pourquoi nous n attirons que des mafieux haineux et prétentieux ? Le vesinet serait il construit sur le site d un ancien cimetière indien ???

    RépondreSupprimer
  11. De tout cœur avec vous Madame, tenez bon, conservez le lien avec ce blog, car c'est l'omerta à la Mairie !
    Que la personne de la Mairie qui vous répond ait le courage de signer, son ton en dit long sur l'esprit de
    Négociation qui règne, n'oubliez pas que le Maire est un liquidateur de profession! J'ai honte et vous dis
    toute ma sympathie. Courage à vous deux !

    RépondreSupprimer
  12. Bonjour le restaurant est fermé ?

    RépondreSupprimer
  13. Le roi et son bouffon sont encore en place ?

    RépondreSupprimer
  14. Le roi et son premier bouffon sont encore en place ?

    RépondreSupprimer
  15. Le roi et son bouffon sont encore en place ?

    RépondreSupprimer
  16. Le roi et son premier bouffon sont encore en place ?

    RépondreSupprimer