19 octobre 2017

Ibis : tel est pris qui croyait prendre.

Mentir effrontément pour mieux s’offusquer d’être traité de menteur est un jeu de rôle qui sied au maire comme un gant. Même que la maison d’en face lui décernerait un Molière si le phrasé était moins ... heeusitant.

Le numéro auquel s'est livré l'édile en clôture du récent conseil mérite d’être reproduit pour les absents, voire pour les présents qui n’en croyaient pas leurs oreilles. Aligner une demi douzaine de contre-vérités, voire se contredire, n’est pas mince exploit quand on est aux responsabilités. Mais pourquoi prendre le public et les oppositions à témoin de sa mauvaise foi, et pousser le bouchon jusqu’à les mettre au défi de prouver qu’il dit faux ? C’est inouï, inédit et pourtant c’est le maire qui a prononcé ces paroles :

« Je vous mets au défi de trouver un seul mot … que j’ai dit sur ce sujet là qui est faux  » bande son 3.25.49

Et là sidération : est-il amnésique, est-il mytho au point d’imaginer être cru ? Le blog relève le défi. Il se contentera d’extraire 3 passages des interventions du maire et d’apporter la contradiction sur la base de documents existants.

- 1ère allégation. Bande son position 3.06. 17
M Grouchko : « Dans un premier temps, le concessionnaire a souhaité céder sa concession à un tiers, qu’il a cherché et pour lequel, pour des raisons qui lui sont propres, et que, nous n’avons en aucun cas intervenu, ça n’a pas fonctionné. Il n’a pas réussi à contracter avec un acheteur.» position 3.06.10
A plusieurs reprises le maire réitérera la prétendue non-intervention des dignitaires de la mairie dans la négociation tripartie avec Madame Darnis (voir infra).

C’est totalement faux. De nombreuses réunions ont eu lieu entre Mme Darnis et le maire attestées par des échanges de courrier dont le blog a copie. 

- 2ème allégation : « La ville n’a jamais fait de demande au tribunal de commerce. » Bande son 3.12.10.

L’intervention de la ville auprès du tribunal de commerce est attestée par un courrier du 17 juillet publié sur ce blog. L’existence de ce courrier signé par un adjoint et remis par porteur spécial à l’occasion d’une réunion privée dont l’agenda n’était pas rendu public laisse accroire que la ville a bénéficié d’information privilégiée pour tenter d’infléchir la position des juges et obtenir la liquidation … qui lui a été refusée. En revanche la société du pavillon des ibis s’est placée depuis le 17 octobre sous la protection des juges consulaires pour continuer son exploitation à l’abri des procédures punitives de son principal créancier.

- 3ème allégation : «  J’ai l’impression que son seul but c’est de rester là bas le plus longtemps possible …. J’ai strictement rien compris pourquoi il n’a pas abouti dans ses discussions auxquelles je ne faisais pas parti … je suis incapable de vous dire pourquoi »…

M. le maire est informé - son premier adjoint le reconnaitra ultérieurement dans le débat -  du souhait de M. Foucault de céder sa concession selon les clauses du contrat signé avec la ville en 2.000. Conformément à ces clauses le maire sera mis en contact avec le candidat repreneur que D. Foucault lui a présenté : Mme Darnis. Enfin le maire sait très bien qu’en revenant sur son engagement d’accepter l’extension de la durée de la concession de 3 ou 4 ans, il rendait le deal économiquement impossible. Le maire en faisant volte face déclenche le refus de Mme Darnis, refus qui – fortuite coïncidence - a été communiqué par son nouvel avocat conseil. L’intégralité de l’intervention ci-dessus est donc mensongère.

Même si cette analyse n’est pas exhaustive,
déjà le maire est au plus mal avec son défi ! D’autres allégations mériteraient d’être signalés tout aussi fantaisistes comme celle concernant l'état du Pavillon : " si vous faites le tour du bâtiment vous verrez, il y a des façades entières, des morceaux de façade entière dans lequel le ravalement se casse la figure. L'aspect général devient de plus en plus délabré" allégation dont chacun peut constater sur place la nature médisante.

Tel est pris qui croyait prendre.


9 commentaires:

  1. Dans les machines à commander par NO , il pourrait y avoir un détecteur de mensonges ...à brancher UNIQUEMENT sur Phénix, les élus de l'opposition, les employés insoumis du Château.
    Le maire ne ment jamais, il assaisonne à son goût ses salades composées qui pour certaines deviennent DÉ-composées avec les É-preuves du temps . C'est peut être un jeu par jeu !?

    RépondreSupprimer
  2. Cela rappelle à la mémoire des Vésigondins l'article du Blog du 29 septembre 2017.
    Un Maire menteur et affabulateur ...
    Il ment comme un arracheur de dents. J'enrage ...de dents.

    RépondreSupprimer
  3. Qu'en dites vous de tout cela les défenseurs de NO z'et à Bon ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cette affaire des Ibis qui a été travestie aux élus comme le montre Phénix en les abreuvant de contre vérités, en s'enfermant dans 'je suis la vérité parce que je le dis' va nous 'péter au nez' avec la mise en redressement judiciaire.Malheureusement ce sont les vesigondins qui vont payer. En entreprise le dirigeant est viré pour moins!Il faudra se souvenir des élus qui ont voté contre la commission qui visait à s'en sortir à l'amiable .Ces élus vont devoir justifier le bilan financier catastrophique pour la ville.Il faut mettre leur nom sur le blog.Leur nom est publique. Il faut les féliciter. A cause d'eux on va payer un max mais au moins les avocats s’enrichiront.

      Supprimer
    2. C'est encore un coup du Père François.
      Car on ne fait pas d'omelette sans casser des heuuuu, heuuuu, heuuuu !
      Engraissons les copains avocats, on aura toujours quelque chose en retour.

      Supprimer
    3. Ayez foi en ce que vous dit votre maire!" C'est la foi qui sauve" donc le sauvera ! mais tout dépend du style de la foi qui se dégage de lui, de ses dires!?
      Est il Dieu pour dire " je suis la vérité parce que je le dit". Est ce lui qui a dicté les tables de la loi à Moïse en disant : "je suis la loi" . Dieu se serait il fait Homme en NO ?

      Supprimer
  4. Qu'est ce qu'il démontre Phénix?
    Quel amiable?

    RépondreSupprimer
  5. "Non seulement j'ai rendu intact le vase qui m'a été confié, mais il était déjà cassé quand je l'ai eu et je l'ai fait réparer entre-temps".

    RépondreSupprimer
  6. Dire qu'au CM, la rouquine a traité une opposante, Madame P-C, de "Naïve" parce qu'elle demandait une nouvelle médiation dans cette affaire. Mais qui est la plus stupide des deux, celle qui cherche le dialogue ou l'autre qui gueule comme un pitbull ? Certainement la seconde même si la première est un peu girouette sur les bords. NB : si son employeur a viré la première c'est sans doute pour une bonne raison : peut-être trop de photos de son minois au boulot ou de la faute de son caractère hystéro-soupe au lait ? Un

    RépondreSupprimer