30 novembre 2017

Commissions : un planning de ouf !

"Quand on a franchi les bornes il n’y a plus de limite" : cet aphorisme pompidolien prend toute sa saveur en décryptant les plannings des commissions transmis aux élus.

La commission - Finances - qui doit valider le programme d’investissements 2018 se réunit le 1er décembre. Cette validation porte pour l’essentiel sur les programmes de travaux soumis par le maire adjoint à l’équipement.

Cet adjoint apprécié des lecteurs du blog pour son dynamisme réunira la commission - Equipement - chargée de valider ses projets de travaux bien plus tard, le 20 décembre.

Le maire ne cherche même plus à donner l’illusion de la cohérence et du respect de l’esprit des institutions. Les commissions débattent dans un premier temps et votent les avants projets de délibération soumis ensuite à l’approbation du conseil.

Pas au Vésinet. Les membres de la Douma soumis aux méthodes du despote ne pourraient exercer leur libre arbitre sans risquer le knout ! Alors comme un seul homme ils voteront sans même les connaitre les décisions préparées par le triumvirat.

Les commissions croupions - résidus d’un ancien temps - ne sont plus convoquées dans l’ordre logique qui aurait pu donner l’illusion …

Et s’il y a encore un conseil municipal par trimestre quand les autres villes en fixe un mensuellement, selon un planning établi d’avance, c’est pour éviter les foudres préfectorales. 



9 commentaires:

  1. Momo qui fait sa commission équipement le 20 décembre soit après le CM ....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La ville dans le noir
      Ça devient systématique..
      et pendant ce temps ça ronfle au premier étage

      Supprimer
  2. "Quand la borne est franchie, il n'est plus de limite" est une citation de François Ponsard ; L'honneur et l'argent (1853).

    RépondreSupprimer
  3. un bon Directeur général des services ne devrait pas laisser diffuser ça ,c'est soit un incompétent soit une faible marionnette .Dans les 2 cas comment voulez vous que la mairie fonctionne ?Y a plus capitaine à la barre,tant que la mer est calme ça va,on peut même se passer de matelots,mais lorsque le vent se lève,c'est une autre histoire...ça va pas tarder jacK Sparrow

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a longtemps qu'il n'y a pas de capitaine à la barre. De l'intérieur les agents le constatent depuis longtemps. Enfin, je parle d'un vrai capitaine qui dirige correctement ses équipes et la ville. En 37 ans de FPT je n'ai jamais vu de tel cas. Et les conséquences sont très lourdes surtout pour les agents en premier lieu et pour les administrés ensuite. L'argent des impôts ne fait pas tout. La beauté de cette ville, son entretien, sa réputation sont déjà largement entachés.

      Supprimer
  4. Apres tout ca, et si le prefet ou sous-prefet ne fait rien, est-ce que ca va dire qu'il est dans la poche de notre maire?
    Sinon, qu'est-ce qu'il attend pour agir?

    RépondreSupprimer
  5. pourquoi pas le 24 decembre?

    RépondreSupprimer
  6. Dans une commune gérée "normalement" les commissions se tiennent avant le Conseil. Et au Conseil les commissions présentent leurs propositions qui peuvent être votées, amendées... Ainsi fonctionne le système Démocratique .
    Si je comprends bien, au Vésinet : 3 personnes décident, ensuite on vote au Conseil (lorsqu'il s'en tient), enfin on réunit des commissions " pour la forme".
    Cette façon de procéder me paraît d'un autre âge : muselage de toute opposition (pourtant bien gentille au Vésinet), confiscation du pouvoir, anéantissement des propositions,de la créativité et des idées nouvelles (le Vésinet en aurait pourtant bien besoin).
    C'est ainsi que l'on procède, encore malheureusement, dans quelques entreprises (je ne redonne pas d'exemples) où le seul objectif est de faire du fric à la barbe du TC et des prudhommes. On sait ce que çà donne.

    Oppositions, réveillez vous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui bien sûr il y a la normale, mais ici, la loi c'est lui

      Supprimer