5 décembre 2017

Ibis : déni de « bons offices »

Le maire s’y était pourtant engagé. « Mon bureau est ouvert pour trouver une solution amiable » avait-il plaidé devant des élus choqués par son jusqu’au boutisme dans le conflit ouvert avec le pavillon des Ibis.

Deux mois plus tard, sans que jamais le maire n’ait donné suite aux propositions de médiation soumises par deux élues,  le vindicatif B. Grouchko remet quelques milliers d’€ dans la machine judiciaire et déclenche une nouvelle procédure de « référé mesures utiles ». En date du premier décembre la société du pavillon des Ibis est assignée en réactualisant la requête infructueuse du mois de juillet.

Après multiples péripéties et reports l’attributaire de la concession devrait être connu le 19 décembre en fin de matinée. Cet heureux bénéficiaire du site des Ibis aura du s’engager à réaliser plus de 500.000€ de travaux de rénovation (chiffre cité dans la requête consultée par le blog), hors acquisition des mobiliers, matériels et équipement nécessaires à l’exploitation d’un établissement de plus de 100 couverts. L’investissement total excédera le million d’€ ! Nul doute que la ville aura été attentive à la solidité financière du futur gestionnaire …

L’incapacité de Grouchko à entrer en négociation pour la défense de l’intérêt de la ville a rendu ce dossier explosif. Ne connaissant que des méthodes brutales le maire engloutit des sommes injustifiables dans des opérations judiciaires au seul but de flatter son ego.

Récusant la demande du préfet de mettre à l’ordre du jour du Conseil municipal le conflit qu’il a sciemment mis sur la place publique le maire aura réussi l’exploit de s’être embourbé dans une impasse judiciaire sans que son conseil municipal n’ait eu à connaître du dossier.

Ce ne sont pas les anathèmes, les mensonges avérés (« établissement en ruines » - sic) déversés en question diverse qui exonèrent d’un débat sur le fond. Débat dont le sujet principal aurait du être : quelle vocation la ville veut-elle à donner à cet établissement ?

Une fois encore les élus sont tenus pour quantité négligeable. 

 


8 commentaires:

  1. Les élus ? Quels élus ?

    RépondreSupprimer
  2. Et vous êtes étonné? Mais rappelez-vous: la loi c'est moi. Que voulez-vous ? Qu'il change sa façon de penser ou de faire ? Ne rêvez pas. Le Vésinet n'est pas un monde de Bisounours mais bien un monde parallèle où il ne fait pas bon travailler et surtout pour bientôt, moins bon de vivre avec cette réputation et l'état de la ville qui se dégrade grâce à ces dirigeants.

    RépondreSupprimer
  3. Excellent rappel des dires du Maire.
    On ne se souvenait pas qu'il ne parlait que "Petit Nègre".
    Il a pas du beaucoup aller à l'école ce No et surtout, il n'a pas du apprendre à parler la langue de Molière.
    Que voulez-vous, dans les Tribunaux de Commerce, bien des choses se font sous la table: pas besoin de trop parler.

    RépondreSupprimer
  4. Le Vésinet à la chance , il y a " 1 R Bus" et un "1 Bu de sa personne".L'imbu est entouré "de conseils": d'un euheuh avocat, d'une sœur avocate. Sans oublier la maîtresse-mère, la cour, l'Armada de grands maîtres du barreau . TOUT CELA A UN PRIX..... à la charge des Vésigondins.
    La prochaine fois il faudra réfléchir avant de voter !

    RépondreSupprimer
  5. C'est facile d'aller en justice lorsque les avocats sont payés par les Vésigondins.
    C'est difficile d'accepter une "médiation", car c'est accepter un face à face.
    Pourtant cette démarche moderne est efficace, rapide et peu coûteuse .
    Au lieu de cela, pour une simple "fin de concession d'un restaurant", on y débarque avec la force publique, on s'affiche dans les tribunaux , on néglige l'information du Conseil...
    Quelle publicité pour la ville ! On n'est plus au Vésinet.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voila ce qui arrive lorsque l'on pense voter pour une liste et qu'en réalité la liste se réduit à une tête sur la simple décision d'un crân/eur :" La loi c'est moi"! Le problème c'est que SA LOI est disons le HONNÊTEMENT est ONÉREUSE Pour la Ville! Alors que les gens du barreau font leur beurre .
      Dans vos prières, Vésigondins pensez à un certain Didier, le frère d'un certain François.
      " L'Œil" est toujours dans la tombe et regarde toujours "Caïn"

      Supprimer
  6. Au fait ç'est bien prévu à l'ordre du jour du prochain conseil municipal ,ce dossier ? avant le 19 ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Racine se joue toujours à guichet au château-Carnot! Dans les Plaideurs on y retrouve Chicanneau et la Comtesse .

      Ne rêvez pas: Avant le 19 le père François n'aura rien à vous dire, ! après le 19 il se taira. Quant à Chicanneau il se prend la tête avec tous ses barreaux .

      Supprimer