3 décembre 2017

PÔVRE FRANCE : DES COMMERÇANTS QUI PLEURENT, by R. BUS

Quel contraste !

Lecture du bulletin municipal où l’autosatisfaction est de mise. Des Elus heureux, des Employés heureux, des Commerçants heureux, des Automobilistes heureux …

Balade dans Le Vésinet et discussion avec quelques commerçants. Un buraliste par ci, un fleuriste par là, un boulanger ou un marchand de vêtements.

Le constat est amer. Le commerce va mal. Les clients se font de plus en plus rares.
 
Ces clients fuient Le Vésinet pour se réfugier dans les grandes ou moyennes surfaces qui ont fleuri aux alentours.

La première cause de cette désaffection : la circulation et le stationnement. 

Comme beaucoup de responsables politiques dans notre pays, la ville n’a pas anticipé la croissance du parc automobile et encore moins la taille des véhicules. Du coup, les rues sont de plus en plus inadaptées (ne parlons pas de leur entretien), les nouvelles constructions ne prévoient pas suffisamment de parkings souterrains et leur taille est totalement inadaptée aux véhicules modernes.

Il n’y a qu’à voir le parking souterrain de la Place du Marché pour se rendre compte du phénomène. Une des raisons de sa désaffection : exiguïté donc peu pratique, coût. La seule fois où j’ai voulu m’y garer, j’ai abimé ma voiture !!!

Le stationnement en centre-ville devient lui aussi un problème et la verbalisation à outrance des Vésigondins les écœure. La nouvelle génération de parcmètres ne va pas améliorer les choses.

Si l’on veut faire vivre le commerce, il faut attirer les Vésigondins et non les faire fuir.

Quand on lit par ailleurs comment la Municipalité entend améliorer la circulation des cyclistes, il y a de quoi rire ou plutôt pleurer. Voilà encore une fois une équipe municipale sans envergure. Le Vésinet, ville verte !!!, est la seule commune où il n’y a aucune piste cyclable. Pourtant l’espace nécessaire pour en créer existe. Mais rien ne sort du cerveau de nos élus.

Ce qui leur plaît, c’est de flirter avec le fantôme de Harpo.

Ce n’est pas avec eux que le commerce retrouvera le sourire.

 
R. Bus

 

11 commentaires:

  1. Moi, je n'ai pas de problème de parking. J'ai ma place réservée et elle est assez large pour ma Lexus, sauf lorsque François se gare mal.

    RépondreSupprimer
  2. Et toutes ces voitures "de collection" ou autres immobilisées au niveau le plus facile d'accès du parking de la place du Marché! Combien de places rendues indisponibles pour quelques propriétaires désireux d'être là pour un enlèvement d'urgence en cas de panne ou d'incendie...

    RépondreSupprimer
  3. Une suggestion : Confier à quelques stagiaires d'une école de commerce, une étude sur l'état et la satisfaction du commerce Vésigondin.

    RépondreSupprimer
  4. R.BUS au secours de Jonemann?Involontaire ou volontaire? Par son nouveau pamphlet' sans vraie queue ni vraie tête',il met fin de fait aux commentaires à venir sur JO.Il y a pourtant tant à dire sur sa suffisance et ceux qui en souffre,sans compter cette question AVAP sur laquelle on aimerait en savoir plus.Dommage.Peut-être qu'R.BUS va y revenir?

    RépondreSupprimer
  5. Il est bien français ce parking, inaccessible et bien petit, tel un petit journal, un petit dessert, un petit café...
    On n'y garerait pas une brouette sans l'esquinter. C'est un scandale cette chatière, qui a dû profiter aux fouilles de quelques uns, faut bien que çà serve à quelque chose un trou à rats comme çà...

    Bardamu

    RépondreSupprimer
  6. Je ne comprends pas cette critique constante des verbalisations. J'habite le centre, je paie mon parking mensuel, et je trouve normal que ceux qui ne paient pas soient verbalisés ! En plus, la zone rouge va bénéficier d'une demie-heure gratuite de stationnement : parfait pour passer prendre son pain chez le boulanger ou sa viande chez le boucher. Le problème du manque de dynamisme des commerces au Vésinet est donc plus complexe que ça.

    RépondreSupprimer
  7. Ne pleurez plus commerçants du Vésinet . Pour vous attirer la clientèle et faire mousser les coiffeurs, (Coiffeurs qui n'auront plus à couper les cheveux en 4 pour joindre les 2 bouts) écrivez sur vos vitrines :" Fournisseur officiel de G B" . Surtout ne pas confondre "le cas" G B et "la Grande Bretagne" ! Même si au Vésinet il y a des "Gi-Bi" il n'y a ici qu'une loi en vigueur celle du maire et de son bataillon. Au Vésinet "Marianne" peut pleurer sur ses lois auprès de FO, on va lui faire rendre son tablier, comme à une simple employée de la mairie . Elle est bien capable de nous faire un "burn -out"sans espoir d'un " recovery" celle là aussi !
    SVP :Ne me comprenez pas de travers, moi je défends Marianne .

    RépondreSupprimer
  8. Je ne suis pas d’accord avec vous pour une fois...
    Le problème d’accès aux commerces est flagrant. Et il vient du fait que les gens ne peuvent pas se stationner... et filent vers les centres commerciaux.
    Nombreux sont les commerçants comme moi à penser qu’il faut au contraire verbaliser davantage les fauteurs de trouble.
    Cela ferait de la place.

    RépondreSupprimer
  9. Sauf erreur, le ticket gratis, est de 1/4 heure. C'est vrai qu'il faut lutter contre ce qu'on appel, des " voitures ventouses". Mais en tant que client, et vésighondin, j'en ai RAS LE BOL de payer, taxes en tout genre, impôts taxe foncière etc. etc.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les nouveaux tarifs adoptés lors du dernier conseil municipal passent le ticket gratis de 15 min à 30 min. Très bonne chose pour les commerçants. Mais cela implique aussi qu'on verbalise les voitures ventouses qui se garent au centre pour prendre le RER...

      Supprimer
  10. l'exemple venant de haut, pourquoi ne pas faire comme votre Maire G B, le GRand B à la chaussure...,adoptez le stationnement sur les trottoirs . Consultez ou reconsultez le billet du 27 octobre 2017 de celui qui renaît de ses cendres . il y a 2 photos parlantes : "l'une incivisme municipal ou privilège du tsar,"l'autre" le maire dans l'impasse ". La voiture photographiée est bien immatriculée en France dans le 78, avec les lettres M V ( Maire du Vésinet).
    Si phénix dérape, votre maire lui ne dérape jamais! Il se fait ses lois à lui pour lui : "il est la loi !"

    RépondreSupprimer