8 janvier 2018

Ibis : la chute de l'apprenti sorcier !

Liquide en barre
La ville a connu bien des fiascos, celui du Pavillon des Ibis va se révéler le plus calamiteux. L'épilogue provisoire du feuilleton des Ibis libère un tsunami dont Grouchko, l’apprenti sorcier, sera in fine la victime expiatoire.   

La ville a obtenu l’expulsion du gérant du Pavillon, soit ! Mais à quel prix ?

-  Avilissement de la morale publique. Le maire a mis les mains dans le cambouis, s’est compromis en pré annonçant l’arrivée de madame Darnis – qu’il a souvent reçu - bien avant que la commission ad-hoc ne soit réunie. Tout est prêt pour faire annuler cette attribution.

-  Déchéance de tout sens de l’humain. Le maire s’est employé à virer un concessionnaire comme on jette un pelé, un galeux, pour montrer ses « gros bras » et justifier  sa devise « la loi c’est moi ». La brutalité a trouvé son icône.

-   Déni de l’intérêt général. L’expulsion entraine dès jeudi 11 la liquidation de la société. Société aux actifs limités à un fond de caisse, quelques bonnes bouteilles et du mobilier amorti. Revendus par un commissaire priseur ces biens rapporteront au plus une dizaine de milliers d’€. Bon pour solder l’Ursaff et les super privilèges ! En forçant la liquidation le maire tarit le remboursement des arriérés de loyer qui ne s’élevaient plus qu’à 50.000€. La ville peut déjà s’assoir dessus !

Ce n’est que la partie visible d'une opération cauchemardesque pour le contribuable. L’autre bientôt connue concentrera sur le maire toutes les suspicions, tous les soupçons de dilapidation de l'argent public.

Plusieurs procès vont être engagés pour spoliation après 17 années d’exploitation. Le gérant grugé, forcé à la liquidation a aussi été publiquement dénigré par voie de presse et par les discours tenus à la tribune du conseil municipal. Le préjudice moral sera monnayé.

Le restaurateur est armé pour exiger réparation des dommages fruits des actions de la ville. Indemnités de rupture abusive, compensations des préjudices matériels et immatériels peuvent être conséquents : les demandes en cours de constitution ne sont pas avares de zéros ! On parle ici en dizaines de dizaines de milliers d’€.

Une procédure parallèle vise déjà Mme Darnis. Son double jeu et le non respect des engagements pris pour la reprise du Pavillon ont prévenu M Foucault de trouver un autre repreneur. Toute perte de « chance » s’évalue au prix de la transaction initiale soit 800.000€, somme que Mme Darnis s’est ensuite engagée à investir lors de son grand Oral pour relooker le pavillon.

Condamnée à verser cette somme en dédommagement Mme Darnis serait-elle capable d’honorer les obligations du contrat de concession ? Le pavillon se retrouverait encore sans tenant. Un an d’absence de loyers soit un manque à percevoir pour la ville de 100.000€ !

Le risque « financier » créé par la décision inconséquente de résilier le bail de Foucault est incommensurable, stricto sensu. Rappelons que le restaurateur avait fait valider par le maire le plan initial de reprise en faveur de Mme Darnis. On peut affirmer avec certitude que Grouchko a perdu le contrôle des opérations. Son inconduite fait peser sur les finances de la ville un risque « Kolossal » - peut-être un demi million d’€ -  sans qu’il y ait eu – officiellement – l’ombre d’une contre partie.  

Risque financier exorbitant, inhumanité du traitement infligé aux époux Foucault, avilissement de la morale publique :  pourquoi cette stratégie suicidaire ?

Pour se faire démettre par son son Conseil municipal ou pour un « macaron »? A ce jour ce sont les deux seules réponses qui font sens, la seconde n'excluant pas la première.
 
A Grouchko d'en présenter d'autres ...

* ci dessus photo d'un liquide en barre


9 commentaires:

  1. C'est du pur Liquide à Tort

    RépondreSupprimer
  2. Qui c'est qui va s'en foutre plein les fouilles ... les baveux !

    RépondreSupprimer
  3. « Throughout my life, my two greatest assets have been mental stability and being, like, really smart,"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Au cas ou vous comprendriez le français et le parleriez, pourriez vous traduire votre commentaire pour ceux qui ont oublié leur anglais ou qui ont choisi d'autres langues! Merci d'avance pour toutes les compréhensions.

      Supprimer
  4. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  5. Pour une fois, une belle photo!!

    RépondreSupprimer
  6. Chassez le naturel il revient au galop. Aléas jacta es,rien ne va plus!

    RépondreSupprimer
  7. Les Vesigondins pourraient demander des dommages et interets

    RépondreSupprimer